Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

04 avril 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Harold LeBel dénonce le système à deux vitesses pour l’accès à la haute vitesse Internet

Harold Lebel

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Le député de Rimouski, Harold LeBel.

Le député de Rimouski et porte-parole du Parti Québécois en matière de développement régional et de ruralité, Harold LeBel, dénonce le système à deux vitesses existant au Québec, entre les régions et les grands centres, dans le domaine des télécommunications.

Il demande au gouvernement du Québec, plus précisément à la ministre déléguée au Développement économique régional, Marie-Eve Proulx, d’accélérer la connexion de toutes les régions du Québec à Internet haute vitesse.

Selon Harold LeBel, le gouvernement doit impérativement respecter son engagement électoral d’investir 400 M$ d’ici 2022 pour connecter tous les foyers du Québec à Internet haute vitesse; 240 000 n’y ont toujours pas accès; s’assurer de faire entrer le Québec tout entier dans l’ère numérique, afin de garantir à tous les entrepreneurs qu’ils pourront être concurrentiels sur les marchés internationaux et traiter toutes les régions du Québec sur un pied d’égalité, donc mettre fin à l’injustice d’un système à deux vitesses.

Pour le député de Rimouski, il est inadmissible qu’en 2019, des Québécois n’aient toujours pas accès à Internet haute vitesse. « Actuellement, 240 000 foyers sont dans cette situation. Il faut faire en sorte de connecter tout le monde, et ce, dans les plus brefs délais. C’est la capacité de développement des régions et la compétitivité de nos entreprises sur les marchés internationaux qui sont en jeu. Là-dessus, le gouvernement peut être assuré de notre entière collaboration », a-t-il d’abord exposé.

« En campagne électorale, la Coalition Avenir Québec s’est clairement engagée à mettre fin à cette injustice, a ensuite rappelé le député. Elle a promis d’investir 400 M$ d’ici 2022, donc en 4 ans. Le délai est ensuite passé à 5 ans, puis à 7. À ce stade, peut-on encore parler d’une priorité? »

Le porte-parole demande au gouvernement de cesser d’encourager un tel système de développement à deux vitesses, et de donner, enfin, aux régions la considération qu’elles méritent. « Internet haute vitesse, c’est nécessaire au développement économique du Québec. Imaginez : plusieurs secteurs de la MRC d’Arthabaska et du Bas-Saint-Laurent, entre autres, n’ont pas encore accès à Internet haute vitesse ou à un réseau cellulaire de qualité. C’est complètement fou! La ministre doit prendre ses responsabilités et faire entrer l’entièreté du Québec dans l’ère numérique, et ce, rapidement », a-t-il réclamé.

Harold LeBel souligne qu’ainsi, on consolidera la performance économique du Québec et on mettra en valeur nos régions, qui ont beaucoup à offrir au reste du monde. « En tant que député issu d’une région rurale, je peux vous l’affirmer : nos entreprises sont innovantes et performantes. Continuer de les ignorer serait une grave erreur. Donnons-leur tous les outils dont elles ont besoin! C’est aussi ça, l’occupation du territoire. La ministre Proulx doit saisir cette occasion en or de contribuer significativement au développement économique des régions du Québec », a conclu le député.

Commentaires

7 avril 2019

Paul André Morin de cim

Il devrait penser à subventionner les entreprises local de Télécoms aussi au lieu de donner des millions à telus

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média