Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 avril 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Sept personnes bloquent le projet de Groupe Sélection

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Le stationnement sous la Grande Place, condamné depuis 2015.

GRANDE PLACE. Au terme du sursis donné par Groupe Sélection pour réunir les 97 signatures nécessaires au projet de remplacement de la Grande Place, le groupe indique que sept personnes s’opposent au projet.

La vice-présidente, affaires publiques et communications corporatives, pour Groupe Sélection, Mylène Dupéré, indique que sept personnes refusent de signer l’entente. « C’est fini, on a fait ce qu’on avait à faire. Ce sont sept personnes qui refusent de signer, on constate que peu importe le projet proposé, ça aurait été refusé. »

Mme Dupéré précise que le groupe va maintenant examiner avec des experts toutes les options possibles : « Et nous allons nous tourner vers notre partenaire financier, mais à partir de ce point, il pourrait nous dire qu’il se retire. » Mme Dupéré a refusé de confirmer qu’un bill privé pourrait être envisagé.  

Elle ajoute que le groupe n’a pas lancé la serviette et reste toutefois optimiste. « La population est emballée par ce projet, et on a voulu aller au bout du processus, main dans la main avec la Ville. Nous avons fait des démarches de consultation sans précédent, nous avons consulté la population deux fois, les propriétaires riverains à plusieurs reprises. On a écouté leurs inquiétudes. On pense que c’est le bon projet. »

Immense frustration

De son côté, le maire de Rimouski, Marc Parent, se dit extrêmement frustré de la situation. « Groupe Sélection ne jette pas la serviette, la Ville ne jette pas la serviette. Mais je ne peux pas faire autrement que faire part de mon immense frustration, puisque 93 % des propriétaires riverains sont en accord avec le projet et que ce sont sept personnes, qui pour des intérêts privés, empêchent la réalisation du projet. Certains ne sont même pas impactés par la nouvelle construction, ils sont à des étages supérieurs, certains »

Il estime que ces personnes utilisent les droits qu’ils ont sur le stationnement pour bloquer le projet : « Alors que toutes les demandes en termes de stationnement sont respectées, et même au-delà. Il y a plus de cases que dans la servitude, ils voulaient avoir une gestion par vignette, on l’a inscrit dans la servitude. On leur offre de stationnements intérieurs souterrains gratuits, et ces gens utilisent leurs droits en matière de stationnement pour faire dérailler le projet. Ça n’a ni queue, ni tête, c’est inacceptable. Ce sont sept résidents qui prennent la population et la Ville en otage. Le sens civique et communautaire de ces gens n'est pas là. Je ne veux pas communiquer le nom des personnes, mais dans un cas, la directrice de l’urbanisme, le directeur général et moi avons discuté 1 h 30 au téléphone pour leur expliquer le projet, c’était vraiment une fin de non recevoir. C’est à croire que ces gens-là ne vivent une réalité différente de la notre, ils croient pouvoir avoir des projets de remplacement, alors qu’ils ne sont pas propriétaires des terrains et qu'ils devront toujours avoir l'accord des 97 propriétaires. »

Sans lancer la serviette, le maire affirme que ce projet est la pierre angulaire de la revitalisation du centre-ville de Rimouski : « La population y croit, le Conseil municipal y croit. On va s’asseoir avec Groupe Sélection et consulter des experts pour voir si d’autres options s’offrent à nous. On va tenter de trouver des solutions pour que le projet aille de l’avant, car si ça n’est pas le cas, on va toujours être dans cette même situation où, à la fin du processus, quelques individus, certains pour des raisons obscures, font dérailler le processus. »

Le maire n’a pas non plus souhaité indiquer si l’option d’un bill privé était envisageable.

Commentaires

4 avril 2019

Benoit Fortin

La ville devrait demandé une dissolution a tout jamais du regroupement des riverains qui sont originaires des années 60 et n'ont pas évoluer.. alors ils vont s'opposées a tous projets qui n'est pas des leurs ou leur amis.. Abolisont cette organisme a tout jamais qui bloque tout projet que la population désire.

4 avril 2019

steeve

Un Bill privé et une poursuite. C'est un projet de près de 400 millions au centre-ville qui glisse entre les mains des petites personnes. M. Parent il est temps de montrer les dents. Il faut construire un stationnement étagé dans le voisinage du projet et aller de l'avant avec la version d'origine. Au minimum un référendum et 99,9% de la population voterons pour.

4 avril 2019

Simon Ouellet

Bonsoir, Au plus vite un bill privé pour dissoudre cette association rétrograde des années 60. Outre D. Martin, on veut les noms des six autres attardés, rétrograde et égoïstes qui bloquent ce projet. Il faut être vraiment stupides et cons. Je me promet de pénaliser les locataires de M. Martin même si ce n'est pas de leur faute.

4 avril 2019

jean paul,,

je suppose que c est les même que d habitude,,,,,, s ils ne sont pas génés qu il se prononce ,,,

4 avril 2019

Fred

Notre ville peut meme pas avoir une belle image sans ce projet.... je parle du centre ville onts peut aussi meme constate que notre eglise au centre ville rien est regler aussi que faire..... que dire..... a nous cher rimouskois....

4 avril 2019

Christian Ste-Croix

Un non sens, c'est quoi cette connerie, sept personnes vont empêcher ce beau projet. J'ai écouté l'entrevue donné par une personne à radio-Canada ,qui parlait d'un gros projet recreo- touristique, que lui n'était pas implique mais que des gens avec les poches pleines, réaliserai entre ce projet. C'est du n'importe quoi.

4 avril 2019

sylvie

Lorsqu'on demande l'avis de personnes, il faut s'attendre à des ouis et des nons. Ces gens qui refusent ont le droit de le faire. On assiste à de l'intimidation de la part des gens qui ne sont pas contents du libre choix des personnes qui ne veulent pas du projet. Arrêtez de pointer ces gens, arrêtez de les juger. Ils ont droit de dire non.

4 avril 2019

Luc Dubé

C’est pas vrai, tous les citoyens de la ville de Rimouski veulent que ce projet de plusieurs millions se réalise . Je ne peux pas croire que 7 personnes qui ne pense qu’a eux peuvent bloquer ce projet . C’est 7 propriétaire devrais vendre leurs condo a la ville et aller vivre dans une autre ville car ils ne veulent vraiment pas le bien de la ville de Rimouski ... Vraiment triste :-(

4 avril 2019

Joclabo

Quelle désolation et tristesse d'apprendre que seulement 7 personnes refusent de signer pour ce magnifique projet qui mettrait la ville de Rimouski en valeur... un projet pour redynamiser le centre-ville. Je suis entièrement d'accord avec la personne qui propose que ces 7 propriétaires vendent leur condo à la ville et qu'elles aillent vivre dans une autre ville... Un Bill privé et une poursuite seraient peut-être la meilleure solution...!!! pour satisfaire la grande majorité des propriétaires et des riverains. Déception

5 avril 2019

Pierre Rioux

Mes hommages monsieur le MAIRE vous et votre équipe avez tout fait afin de faire entendre raison aux irréductibles de Place St-leur Laurent. La liste de ces gens devrait-être connue et diffusée aux médias . C'est une prise d'otage de la part d'une poignée d'individus qui se foutent du développement de Rimouski. J'encourage la ville et réseau sélection à aller encore plus loin.

5 avril 2019

Mike

Ce qui est incorrect avec ce projet , qui a le mérite de vouloir démolir la Grande Place et de revitaliser le centre-ville, c'est que ni Réseau Sélection , ni la ville de Rimouski , n'a informé la population sur la teneur réelle de l'entente passée en 2010 entre eux et les proprios de Place St-Laurent . Et sans consulter avant les propriétaires des immeubles de Place St-Laurent , Réseau Sélection et la ville ont élaboré un projet qui ne respecte pas les paramètres de dimensions et de hauteur établis en 2010 en présence du maire de l'époque , Eric Forest , selon M..Bélanger , propriétaire de condo Place St-Laurent. Procéder ainsi a toujours sa part de risques. Blâmer les riverains de contester cette façon de faire et monter la population contre ceux qui voudraient qu'on respecte l'entente de 2010 avant de donner leur appui est Inapproprié. Je vous invite à lire le commentaire de M.Jean Bélanger sur le sîte de R-C , proprio de condo de Place St-Laurent. Une servitude , ç'est un droit, tellement qu 'il a fallu en 2010 , un bill privé, la loi 216 , pour en restreindre la portée, un droit qui se négocie et si Réseau Sélection ne veut pas compenser les dissidents au projet , ils prennent le risque de se voir dire non. Et de devoir réaliser le projet accepté de 2010 à la place , pour lequel , selon M.Bélanger , ils s'étaient unanimement engagés à le réaliser ,ou maintenant ,de vendre le terrain à d'autres promoteurs pour qu'enfin la Grande Place soit démolie et remplacée dix ans plus . Il existe donc une base de projet , soumis en 2010 par Réseau Sélection pour remplacer la Grande Place ,qui a été accepté à l'unanimité par tous les propriétaires riverains . Qui doit certainement être différent de celui d'aujourd'hui pour que des propriétaires le refusent , sans quoi Réseau Sélection pourrait procéder sans plus de permission.

5 avril 2019

Yvan Gasse

Moi aussi j'encourage la ville et Réseau sélection à aller encore plus loin. Même s'il est tard la ville devrait aller de l'avant pour un bill privé.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média