Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

11 avril 2019

Réal-Jean Couture - rjcouture2018@gmail.com

Cap Breton au pied du mur – Défaite de 5-2 contre Rimouski

Océanic

©Océanic - FolioPhoto

Il n'y a pas beaucoup de monde, même chez les partisans les plus supporteurs, qui auraient parié sur des victoires aux deux premiers matchs à Cap-Breton.

Menant 2-1 après 40 minutes de jeu, l’Océanic de Rimouski a ajouté trois buts rapidement dans la 2e moitié de la 3e période pour enlever une victoire de 5-2 sur les Screaming Eagles au Cap Breton, qui, tirant 1-3 dans la série, fera face à l’élimination à la maison demain soir.

Les deux équipes ont joué avec leurs trios en 3e période et rien ne semblait vouloir réussir, les chances de marquer s’additionnant, même un poteau pour Vincent Martineau, mais à 13:35, D’Artagnan Joly marque, aidé de Dmitry Zavgorodniy et Carson MacKinnon qui avait le lancer de base. Moins d’une minute plus tard, Jeffrey Durocher voit son lancer transpercer le gardien pour faire 4-1, aidé d’Anthony Gagnon et, après avoir subi un désavantage numérique joué 4 contre 6 pendant 2 minutes, l’Océanic maintient la pression et Cédric Paré ferme les livres dans un filet désert à 18:34, aidé de Charle-Édouard D’Astous et Jimmy Huntington. Kyle Havlena déjouera ensuite Colten Ellis sur un tir de la ligne bleue, avec 51 secondes à jouer, mais c’était trop peu, trop tard. Rimouski a dominé 10-6 dans les tirs pour 32-24 dans le match. Et avec 4 avantages numériques contre un, les locaux en 2 matchs ont obtenu 8 avantages numériques contre 2 pour les visiteurs, ce qui peut soulever - avec raison, bien des questions.

Le match # 5 est à 18 heures (HAE) vendredi et ce sera certes le plus difficile de cette série à date, les Screaming Eagles ne voudront pas être éliminés devant leur public qui était encore nombreux, soit 3 561 personnes, ce soir.

GROSSE VICTOIRE D’ÉQUIPE ENCORE

« Cela ressemble beaucoup au match de mardi soir. Le momentum s’est échangé dans ce match. Cap-Breton a vraiment eu l’avantage en première période et malgré tout ça, on en sort avec une avance de 1-0. En deuxième, on a commencé à prendre le contrôle du match et la 3e période a été une période vraiment solide pour nous au niveau de la gestion de la rondelle, même si on avait l’avance. On a été patient. Ils ont essayé d’ouvrir et on a pu capitaliser sur nos chances. »

Autre victoire donc au goût de l’entraîneur-chef, Serge Beausoleil qui voit son équipe prendre les devants 3-1 dans cette série très serrée, très difficile à tous les points de vue. Et si mardi, Rimouski avait bougé tous ses trios, on a pu voir les deux équipes en faire autant en 3e période ce soir. « Je suis revenu avec Garneau au 1er trio et on a eu la main heureuse. Cela a donné le 2e but 13 secondes après leur premier but. Bowman faisait bien, mais on a atteint notre objectif pour cette fois-là et on est revenu à des trios plus standards d’avec ceux que nous avions auparavant. » Bien sûr que si l’Océanic est entré au vestiaire avec seulement un but de différence après la 1re, Colten Ellis en reçoit le crédit. « Très solide, particulièrement en 1re période. Il a été très très bon au moment où la tempête faisait rage. Il a livré la marchandise et c’est pour ça qu’on sort avec une avance d’un but en première. On savait qu’on était capable de mieux jouer aussi et c’est ce qu’on a continué à faire en deuxième et surtout en 3e période. »

Une série 4 de 7 amène une grande difficulté à remporter la 4e victoire. C’est toujours la plus difficile à remporter et on a le droit de s’attendre à ce que les Screaming Eagles fassent tout vendredi soir pour ne pas être éliminés devant leurs partisans. « Ce n’est pas une équipe qui abandonne. C’est une équipe qui se bat jusqu’aux limites et je ne m’attends à rien de vraiment facile demain (vendredi). »

Colten Ellis

©Océanic - FolioPhoto

Ce n'est pas la première fois que Colten Ellis fait la différence, prouvant sa grande valeur.

DÉBUT FRAGILE EN PREMIÈRE PÉRIODE

L’Océanic n’a pas mis de temps pour, une 2e fois de suite dans cette série, prendre les devants en début de match alors que Carson MacKinnon lance, Kevin Mandolese bloque, mais le retour se retrouve sur le bâton d’Olivier Garneau qui n’allait pas manquer un filet partiellement ouvert et c’est 1-0 pour les visiteurs. Charle-Édouard D’Astous a une passe. Mais là s’arrête la domination des visiteurs qui ont bien fermé les portes aux locaux, surtout en première moitié de la période.

Sauf qu’en 2e moitié du premier vingt, les Screaming Eagles ont passé beaucoup de temps en zone de Rimouski forçant Colten Ellis à multiplier les arrêts, notamment sur Egor Sokolov, Shawn Boudrias et aussi à deux reprises sinon trois au moins devant Derek Gentile. Ce fut notamment des réponses au fait que Parker Bowman a sévèrement frappé deux joueurs, Olivier Bourret (17) et Gabriel-A. Proulx (27). Preuve que les visiteurs ont été stoppés dans la 2e partie de la période : les tirs sont de 13-3 pour les oiseaux qui tirent de l’arrière 1-0 après 20 minutes.

QUAND LES CHOSES SE BOUSCULENT…

Rimouski débute la 2e période solidement, attaquant la zone adverse régulièrement jusqu’à ce que Jeffrey Durocher écope d’une mineure pour bâton haut. Un 2e jeu de puissance aux oiseaux qui ne mettront que 9 secondes pour marquer, alors qu’après une mise en jeu gagnée à la ligne bleue des locaux, Shawn Boudrias s’échappe et marque sur tout un tir du poignet, aidé de Balmas et Lafrerrière, but à 5:07. Mais cette égalité n’a pas duré, Rimouski attaquant et Olivier Garneau marque 13 secondes après le but adverse, aidé d’Alexis Lafrenière et Charle-Édouard D’Astous à 5:20.

Un 3e avantage numérique pour les locaux, mais Rimouski se défend bien et les locaux ont dû en faire autant dans un premier jeu de puissance de l’Océanic. Plusieurs joueurs de l’Océanic ont frappé à la porte de Kevin Mandolese, mais ce dernier n’a pas voulu collaborer. Inniss, Gagnon et D’Astous ont insisté, comme Garneau qui a une barre horizontale. L’opportunisme n’y est pas pour les visiteurs dans cette période où l’Océanic a dominé 19-5 dans les lancers, tout à fait le contraire de la première. Mais c’est 2-1 pour Rimouski après deux périodes qui chercheront à marquer le prochain but qui ferait très mal aux locaux.

PROLONGATION…

.- Les absents à l’alignement de l’Océanic sont le joueur blessé Jordan Lepage, de même que les joueurs retranchés Eliott St-Pierre et Frédéryck Janvier… .- Les absents à l’alignement des Screaming Eagles sont le joueur blessé Declan Smith (20 ans), Antoine Crête-Belzile et le joueur retranché Liam Kidney… .- Le gardien partant de l’Océanic est Colten Ellis (6-1-0) avec des moyennes en séries de 1,67 but alloué et ,938 en efficacité… .- Le gardien partant des Screaming Eagles est Kevin Manolese (5-3-1) avec des moyennes de 2,20 buts alloués et ,925 en efficacité… .- Les arbitres du match sont Jeff Hopkins (20) et Brad Mills (24)… .- Les deux équipes à chacune leurs 10 derniers matchs (en séries cette année), présentent des séquences de 6-1-0 pour l’Océanic et de 5-3-1 pour Cap-Breton… .- Sur la route en séries, l’Océanic affiche 3-0-0 tandis que à domicile, Cap-Breton est 3-1-0… .- En avantage numérique, Rimouski affiche 25,0 % contre 20,.6 % pour Cap-Breton… .- En désavantage numérique, Rimouski affiche 78,6 % contre 87,5 % pour Cap-Breton…  .- Les Mooseheads d’Halifax, lorsqu’ils ont quitté Moncton mercredi soir, savaient qu’ils venaient de se mériter un congé de quasi 10 jours, ayant éliminé Moncton en 4 matchs. C’est une 2e série dans cette course à la Coupe du Président, a connaître un balayage, après celle de Rimouski 4-0 sur Chicoutimi… .- Impossible de suivre le match en français, la voix de Michel Germain (NRJ) est loin d’être synchro avec le jeu et n’est pas offerte par le webmestre. Nous suivons donc le match en langue anglaise, où le commentateur est loin de permettre aux auditeurs de s’endormir, tout de même… .- Les matchs de cette semaine à Sidney sont à la télé régionale via les services de Eastlink… .- On indique à la description locale que le capitaine Declan Smith, blessé au haut du corps, ne jouera pas cette semaine et ratera les matchs de jeudi et vendredi…

STATISTIQUES DU MATCH…

But Rimouski             1 – 1 – 3 = 5

But Cap-Breton          0 – 1 – 1 = 2

Lancers Rimouski       3 – 19 – 10 = 32

Lancers Cap-Breton   13 – 5 – 6 = 24

Lancers dangereux     18 – 12 Rimouski

Mise en jeu                 30 - 30

Mise en échec             22 – 20 Rimouski

Jeu de puissance         0 / 1 RIM et 1 / 4 CAP

Assistance                  3 561 personnes

Étoiles : Olivier Garneau RIM, Shawn Boudrias CAP et Colten Ellis RIM

Multi points Rimouski : Charle-Édouard D’Astous (0-3), Carson MacKinnon (0-2), Olivier Garneau (2-0)

Prochain match de cette série : vendredi 12 avril à 18 h (HAE) à Sidney, NS

INFORMATIONS…

.- Deux séries étaient sur la glace hier dans cette ronde quart de finale. Les Mooseheads d’Halifax l’emportent 4-2 sur les Wildcats de Moncton pour enlever la série 4-0… Dans l’autre série qui jouait hier soir, les Voltigeurs de Drummondville ont défait les le Phoenix à Sherbrooke par 4-2 pour mener cette série 3-1… Il y a de nombreuses discussions sur le tirage au sort de jeudi de la semaine prochaine qui déterminera les cinq (5) équipes qui ouvriront le prochain repêchage de la LHJMQ, le 08 juin prochain… Spécial d’y voir les Wildcats de Moncton dans ces 5 équipes, considérant qu’ils ont obtenu le choix du Titan de Bathurst dans une précédente transaction… Pas moins de 25 337 personnes ont vu les 7 premiers matchs des séries 2019 de l’Océanic de Rimouski, tant à la maison que sur la route. Un match a 4 018 personnes et tous les autres totalisent au moins 3 354 personnes… Ce qui donne une moyenne de 3 619,6 personnes par match. Bien sûr que les joueurs aiment jouer devant des gradins remplis et impliqués dans le déroulement de la rencontre… On nous demande s’il y a eu beaucoup de blanchissage(s) dans les séries par l’Océanic. Réponse : 1 en 7 matchs en séries 2019, 0 en 7 matchs en 2018, 0 en 4 matchs en 2017 et 0 en 6 matchs en 2016… Mais on en compte 3 en 20 matchs en 2015, tous les 3 par Louis-Philip Guindon 3-0 à Rimouski contre Gatineau, 3-0 à Rimouski contre Val-d’Or et 6-0 à Val-d’Or… Et en 2014, trois blanchissages en 11 matchs par Rimouski, à savoir 4-0 à Chicoutimi par Philippe Desrosiers, 5-0 à Chicoutimi par Philippe Desrosiers (2 périodes) et Olivier Tremblay (1 période) et enfin, 3-0 à Rimouski contre Blainville-BoisBriand par Philippe Desrosiers…

Ronde # 2 - Quart de finale

VENDREDI  05 avril 2019

 

Série

Moncton

3

Halifax

5

 

0-1

Sherbrooke

4

Drummondville

9

 

0-1

Victoriaville

0

R-Noranda

4

 

0-1

Cap-Breton

1

Rimouski

3

 

0-1

SAMEDI 06 avril 2019

     

Sherbrooke

1

Drummondville

7

 

0-2

Moncton

2

Halifax

3

 

0-2

Victoriaville

1

R-Noranda

3

 

0-2

DIMANCHE 07 avril 2019

   

Cap-Breton

2

Rimouski

1

 

1-1

LUNDI 08 avril 2019

     

Drummondville

2

Sherbrooke

5

 

2-1

MARDI 09 avril 2019

     

Halifax

4

Moncton

2

 

3-0

Rimouski

3

Cap-Breton

0

 

2-1

R-Noranda

8

Victoriaville

0

 

3-0

MERCREDI 10 avril 2019

   

Halifax

4

Moncton

2

 

4-0

Drummondville

4

Sherbrooke

2

 

3-1

JEUDI 11 avril 2019

     

Rimouski

5

Cap-Breton

2

 

3-1

R-Noranda

6

Victoriaville

2

 

4-0

VENDREDI 12 avril 2019

   

Rimouski

 

Cap-Breton

     

Sherbrooke

 

Drummondville

     

 

Commentaires

12 avril 2019

Joyce Desmarais

Le son sur internet via Iheart pour écouter Michel Germain était parfait et sans problème.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média