Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

11 avril 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Citron Confit dans l’œil du dragon

Isabelle Dionne Jérémy Tordjman Gabrielle Dion David Heurteau Jean-Sébastien Binette

©Gracieuseté - Yanick MacDonald

L'équipe de Citron Confit : Isabelle Dionne Jérémy Tordjman Gabrielle Dion David Heurteau Jean-Sébastien Binette

La boulangerie artisanale de Rimouski spécialisée dans les produits sans gluten et sans allergènes, Citron Confit, sera de l’émission « Dans l’œil du Dragon » mercredi 17 avril.

Il s’agit de la deuxième entreprise rimouskoise à se rendre devant les Dragons depuis les débuts de l’émission, après Coton Vanille en 2017.

La propriétaire, Gabrielle Dion, mise sur plusieurs atouts de son entreprise pour tenter de séduire les Dragons : « On met l’accent sur l’innovation dans la mise en marché particulière de nos produits, la relation directe avec l’artisan-boulanger, le retour aux sources, quand le laitier déposait la pinte de lait sur le pas de la porte. Nous, c’est le pain de l’artisan déposé sur le pas de la porte. Également, notre produit est innovant puisqu’il est sans gluten, sans allergènes. »

Citron Confit, qui a vu le jour en 2016, travaille depuis plus de six mois au développement d’un site Web transactionnel pour vendre ses produits frais. Celui-ci a connu une croissance fulgurante : « Depuis septembre, on a fait un grand virage numérique. Les ventes en ligne ont bondi et représentent aujourd’hui près de 50 % de notre chiffre d’affaires. Il y a un marché à aller chercher avec la boutique en ligne. On a envie d’aller percer ce marché, et on a besoin d’aide pour ça.»

Mme Dion attend trois choses de son passage à la populaire émission, l’opportunité d’avoir accès aux conseils avisés de grands entrepreneurs en lien avec la phase de croissance qu’a rapidement connue son entreprise, la visibilité qu’offre l’émission, et bien entendu l’investissement potentiel à aller chercher auprès des Dragons.

Préparation

Même si elle y pense depuis l’ouverture de son entreprise, Gabrielle Dion estimait que l’entreprise n’était jusqu’alors pas prête pour le défi que représente l'émission. Avant de se lancer dans l’aventure, l’entrepreneure explique d’ailleurs avoir longuement réfléchi et consulté toute son équipe : « Cette décision, on l’a prise ensemble cet automne, on se sent prêts à faire face en équipe à cette augmentation potentielle, qu’on espère, de commandes. On a aussi fait le choix d’aller tous ensemble à l’émission, même si je suis la seule actionnaire. » L'entreprise compte cinq employés.

Mme Dion ajoute que la préparation doit permettre de faire face aux impacts de la diffusion de l’émission, qui compte chaque soir près de 1 million de téléspectateurs : « Il faut que l’entreprise ait les reins solides, ait la main-d’œuvre et les équipements nécessaires pour soutenir la demande, les liquidités pour soutenir les surplus d’inventaires, l’énergie pour embarquer dans des productions jour et nuit. »

Elle indique qu’il faut, de même, être extrêmement bien préparé pour faire face aux Dragons lors de l’émission : « Il faut connaitre les moindres facettes de son entreprise, être capable d’anticiper les questions qu’ils vont nous poser sur les aspects financiers, d’organisation, de développement, etc. C’est plusieurs mois de travail, comme la préparation à un procès ! », précise celle qui a exercé comme avocate dans une autre vie.

Après le dépôt d'une candidature écrite et une première entrevue téléphonique, Mme Dion s’est rendue à une première audition avec l’équipe de production de l’émission, avant d’être sélectionnée pour l’émission télévisée.  « À chaque étape, c’est de la préparation. J’ai eu l’occasion de me pratiquer avec les gens de la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER), de la SADC, le président de Miralis Daniel Drapeau, les gens du Ministère de l’Innovation, qui ont joué les Dragons: « Ils m’ont bombardée de questions pendant 1 h 30, j’ai ensuite pu réajuster ma préparation en conséquence. »

Développement

Pour son développement, l’entreprise compte poursuivre l’accent mis sur la boutique en ligne : « Pour l’instant, elle nous limite au Québec, à l’Ontario, aux provinces maritimes, puisqu’on livre du pain frais. Mais il y a encore un marché à aller chercher. On a aussi envie d’aller vers une ligne de produits congelés distribuée à la grandeur du Canada, dans les 3 à 5 prochaines années. Le marché des États-Unis n’est pas exclu pour l’avenir, dans une autre phase, mais les allergènes y sont différents, ce sont d’autres normes de gestion. »

En trois ans l’entreprise a fait du chemin et a reçu au passage quelques distinctions, deux prix remis lors du gala reconnaissance de la Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette (CCIRN) en 2017, les prix Coup de cœur et Entreprise en démarrage, et une bourse d’honneur de 25 000 $ pour son innovation du ministère de l’Économie et de l’Innovation.

L’émission sera diffusée sur les ondes de Radio-Canada ce mercredi 17 avril à 20 h.

Commentaires

11 avril 2019

Yanah

Je vous souhaite a tous bonne chance et un grand succes

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média