Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 avril 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Un soutien régional au programme technologie en génie du bâtiment

Cegep Rimouski

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Le Cégep de Rimouski.

Au cours des dernières semaines, plusieurs entreprises du Bas-Saint-Laurent ont exprimé leur soutien au programme de Technologie en génie du bâtiment du Cégep de Rimouski et ont rappelé l’urgence d’assurer un financement permettant de maintenir ce programme d’études dans la région.

Les entreprises CAMEC INC. de Saint-Anaclet, DECARTECQ d’Amqui et STANTEC de Rimouski ainsi que l’Ordre des technologues professionnels du Québec ont fait parvenir une lettre au ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge.

Des besoins criants en main-d’oeuvre qualifiée

Dans cette lettre au ministre Roberge, les entreprises soulignent l’importance de soutenir financièrement le programme de Technologie en génie du bâtiment. « Les besoins en main-d’œuvre spécialisée sont de plus en plus criants, entre autres dans le domaine de la mécanique du bâtiment et de l’efficacité énergétique. Cette rareté de main-d’oeuvre, combinée à un faible taux de diplômés, nous inquiète profondément, comme employeur de technologues en génie du bâtiment (mécanique du bâtiment) au Bas-Saint-Laurent. Nous souhaitons donc attirer votre attention sur l’importance de tout mettre en oeuvre afin de corriger la situation », disent-ils au ministre.

Un mode de financement problématique

Pour le coordonnateur du SEECR, Alain Dion, et la coordonnatrice du programme, Nathalie

Poirier, « cet appui du milieu de l’emploi est un signal très fort et très important. Le milieu se mobilise pour soutenir notre programme, qui est suspendu depuis deux ans faute de financement suffisant. Il faut absolument revoir le mode de financement de l’enseignement collégial pour relancer ce programme cette année, mais également pour assurer le maintien et même le développement de l’ensemble de nos programmes d’études sur notre territoire. Car demain, un autre de nos programmes pourrait se retrouver en difficulté faute de financement adéquat. Il y a urgence d’agir et tout le milieu du travail en est conscient. »

La missive envoyée au ministre témoigne d’ailleurs de cette urgence d’agir, tout en présentant les bénéfices pour la région et pour le Québec de revoir le financement de l’enseignement collégial. « Considérant les intentions de la Stratégie nationale sur la main-d’oeuvre 2018-2023 et du Plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétique du Québec 2018-2023, il est vital de concrétiser ces actions afin de contribuer à la prospérité, à la richesse collective, tout en conjuguant nos forces pour un avenir énergétique durable. Au cours des prochains jours, nous espérons que votre gouvernement saura dégager les ressources nécessaires afin de maintenir des programmes d’études porteurs d’emplois en région. Nous sommes convaincus que ces investissements ministériels se traduiront rapidement en bénéfices pour la collectivité du Bas-Saint-Laurent et pour l’économie du Québec. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média