Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

22 avril 2019

« Un match crucial. On va être prêt à le jouer ! » - Serge Beausoleil

Serge Beausoleil

©Sylvie Brisson - L'Avantage Rimouski

Comme tous les occupants du vestiaire de l'Océanic, le coach Serge Beausoleil ne cachait pas l'importance du match de mardi soir.

L’ambiance est bonne, chez l’Océanic, au moment de se préparer au match # 3 de la série demi-finale contre les Huskies de Rouyn-Noranda, demain soir (mardi) au Colisée Financière Sun Life. Après une journée de congé qui a permis aux joueurs de recharger les batteries, la troupe de Serge Beausoleil était au Colisée Financière Sun Life, aujourd’hui, histoire de mettre les choses au point en prévision du match de demain.

« L’ambiance est très bonne. Ç’a été un match enlevant, au dernier match qui ne s’est pas terminé sur la note positive qu’on souhaitait. Mais on est loin d’être abattu. On sait qu’on est capable de jouer du meilleur hockey, on sait qu’on affronte un ennemi redoutable. On le sait depuis le début. Mais on sait qu’on se retrouve devant nos partisans après 5 longs matchs sur la route. Une longue séquence et on est content de retrouver nos fans » de dire Serge Beausoleil.

L’Océanic jouera son match le plus important de sa saison demain soir et le point de départ devra être envisagé de la bonne façon, pour faire virer la série de bord. « Donner moins d’avantages numériques à l’adversaire. 16 en deux matchs, c’est beaucoup trop. Les gars sont parfaitement conscients de ça. D’un autre côté, nous avons aussi des solutions offensives qu’il faudra appliquer plus solidement qu’on l’a fait dans les derniers matchs. Mais 14 minutes en désavantage numérique : il faut savoir que nous n’avons marqué que 5 buts en désavantage numérique cette année. Ça vient tuer presque la moitié d’un match sur l’offensive. »

Huskies Rouyn-Noranda Oceanic Rimouski

©Jean-François Vachon - L'Avantage Rimouski

Les deux équipes ont présenté du jeu très serré dans les deux premiers matchs de la série.

RIMOUSKI DONNE DES COUPS DANGEREUX

Dans les émissions et entrevues d’après match, les gens des Huskies ont dénoncé le fait que l’Océanic ait distribué une tonne de coups de bâtons. Le directeur général et entraîneur-chef des Huskies, a notamment accusé l’Océanic « de donner plus coups dangereux à ses joueurs ».  Il est clair que Serge Beausoleil ne partage pas cet avis, loin de là. « Rouyn-Noranda joue vraiment à la vierge offensée. En ce moment, en deux matchs, on a reçu plus de coups de bâton que dans les deux entières séries précédentes. Ça dit un peu… Il y a des coups de donnés des deux côtés. Ce n’est pas unidimensionnel ni unidirectionnel. C’est une équipe qui mise beaucoup sur le pleurnichage, sur les gestes amplifiés. Je souhaiterais beaucoup qu’il y ait des gestes amplifiés qui soient appelés (par les arbitres), car on en voit plusieurs, plusieurs. »

Pour Serge Beausoleil, il faut savoir que cette série se joue sur la glace « et d’entendre du pleurnichage, ça ne fait pas avancer grand-chose, surtout quand on a l’avantage au niveau des avantages numériques (9-5 dans le premier match et 7-4 dans le deuxième match). » Il faut rappeler que les Huskies sont habitués à jouer plus souvent en avantage numérique qu’en désavantage, ayant été en cela + 48 en saison régulière comparativement à – 50 pour l’Océanic, chiffres qui sont balayés du revers de la main par Serge Beausoleil, indiquant que ces statistiques ne valent plus rien rendu en séries. Ce qui n’empêche pas que les faits soient là.

Serge Beausoleil

©Sylvie Brisson - L'Avantage Rimouski

Serge Beausoleil a portéplus d'attention à la préparation vers les séries qu'au niveau des classements.

LES SÉRIES ET NON LE CLASSEMENT

En début de saison, Serge Beausoleil indiquait que les classements en saison n’étaient pas sa priorité, mais bien la préparation pour les séries. On sait que sa formation a été stoppée dès la première ronde dans chacune des trois dernières années. La voilà en 3e ronde. Dira-t-il que les joueurs répondent à ce souhait ?

« Il ne reste plus que quatre équipes dans le circuit Courteau en ce moment. On a fait de grandes avancées, mais comme je me tue à le répéter, chaque match nous apprend des choses sur nos joueurs, chaque match leur permet d’avancer et on a des joueurs avec très peu d’expérience en séries éliminatoires et chaque match comme le dernier qu’on vient de jouer amène une tonne d’apprentissages et je pense qu’on est une meilleure équipe qu’au dernier match qu’on a joué. »

Au plan stratégique, tout est à point, tout va bien ? « On a des solutions qui ne sont pas appliquées en ce moment. Il faut que les gars soient un peu plus appliqués, un peu plus focalisés sur les solutions que de seulement réagir à certains jeux, certains coups de l’adversaire. » Bien sûr, il est difficile de jouer de la même manière à Rouyn-Noranda qu’à Rimouski. « C’est la plus petite patinoire du circuit. Ils (les Huskies) sont très avantagés là-dessus. D’ailleurs, c’est une bâtisse qui est vétuste, c’est épouvantable. Il y a des problèmes de glace, des problèmes de bandes, des problèmes d’encadrement autour. On a eu des problèmes à l’extérieur avec des gens de la ville. C’est très particulier, très particulier ce qui se passe là. Ceci dit, on est chez nous, on a notre patinoire, on sait comment la jouer, on est devant nos partisans. Il y avait tellement de bruit aux matchs à Rouyn-Noranda. Les fans là-bas sont incroyables. Ils les ont appuyés d’une façon tonitruante. Je n’étais pas capable de donner des feed back aux joueurs et je m’attends à ce que nos partisans répondent de belle façon. »

Huskies Rouyn-Noranda Oceanic Rimouski

©Jean-François Vachon - L'Avantage Rimouski

Il faudra beaucoup de surveillance devant le filet de l'Océanic, peu importe qui sera le gardien d'office.

LES VÉTÉRANS JOUENT LEUR RÔLE

À ce stade des séries, il est clair que les vétérans ont un rôle primordial à jouer pour faire en sorte que cette équipe que l’on dit unie, avec une belle et bonne chimie, puissent donner un plein rendement, genre au 2e match, au lieu de présenter deux équipes différentes en deux matchs comme ce que l’on a vu à Rouyn-Noranda. Interrogé sur le rôle de ses vétérans, Serge Beausoleil indique que « on a d’excellents vétérans et même eux ne sont pas parfaits. Ils font des erreurs et il faut les aider là-dedans. Mais ils jouent déjà un très bon rôle et je m’attends ce que ça continue de s’accentuer, plus la série va avancer. C’est un match crucial pour nous, le prochain, et on va être prêt pour le jouer avec tout notre cœur. »

De retour sur le dernier match, voyant l’Océanic passer de 0-2 à 3-2, voilà qui doit donner du tonus à l’équipe, à un stade où la série est loin d’être perdue. « La série est loin d’être perdue. Elle est à un point crucial en ce moment. C’est certain que le prochain match revêt une importance capitale pour nous et c’est pourquoi je dis qu’on va être prêt à jouer notre meilleur match de la série. »

Le match, que l’Océanic souhaite voir sous une marée bleue, débutera à 19 h 30 mardi soir au Colisée Financière Sun Life.

Commentaires

22 avril 2019

Jean Lapointe

Je trouve inadmissible les propos tenus par M. Beausoleil au sujet de l'amphithéâtre des Huskies de Rouyn-Noranda. Cette aréna a été rénové il y a seulement quelques années et plusieurs millions y ont été investis. Dans la LHJMQ, il y a bien pire que l'amphithéâtre des Huskies. Je comprends que M. Beausoleil veut détourner l'attention et diminuer la pression qui repose sur les épaules de ses joueurs. Je sais également que les gens de Rimouski sont très fiers et seraient vraiment insultés que le directeur et entraîneur d'une équipe adverse tienne de tels propos sur leurs infrastructures. Sachez que les gens de l'Abitibi commence à être tannés d'entendre des légendes urbaines aux sujet de leur coin de pays.

23 avril 2019

Jean-Louis Leclerc

Beausoleil qui accuse les huskies de pleurnichage quand il passe son temps à appeler les arbitres à son banc. Dans la paragraphe suivant il crache sur les gens de Rouyn-Noranda et sur l'aréna. Ses commentaires vont se retrouver sur facebook, c'est sur que les gens seront plus gentils ;-)...

23 avril 2019

Gérard.Thériault

La semaine on travaille dans les mines et la fin de semaine,on regarde passer les machines

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média