Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

23 avril 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Les dossiers d’Éric Tremblay sont remis au 10 juin

Trafic de stupéfiants relié aux Hells Angels

Drogue

©Gracieuseté

Drogues

Éric Tremblay, 39 ans, de Princeville, l’un des 32 individus arrêtés le 14 février dans le cadre du projet Oursin de lutte au trafic de stupéfiants, était de retour devant le tribunal ce mardi matin au palais de justice de Rimouski pour voir ses dossiers être reportés au 10 juin au stade de l’orientation-déclaration, ce qu’on appelle la prise de position.

Au terme d’une longue décision bien étayée référant à de nombreuses décisions de la jurisprudence, le 29 mars au palais de justice de Rimouski, le juge de la Cour du Québec, James Rondeau, avait refusé la remise en liberté de Tremblay qui demeure donc détenu pendant la suite du processus judiciaire. « Les accusations me paraissent fondées et graves. La preuve est accablante. Monsieur occupait un échelon supérieur dans l’organigramme de l’organisation. Il a même été en contact avec un membre des Hells Angels. Il était cogestionnaire du réseau Saint-Fabien/Rimouski. J’estime que les cautions proposées (sa conjointe, sa mère et son ex-supérieur au sein des Forces Armées canadiennes) ne sont pas fiables. Vous ne vous êtes pas déchargé de votre fardeau de prouver que votre détention n’était pas nécessaire. Vous dites que la famille est un élément des plus importants pour vous, mais elle ne vous a pas empêché de tremper dans ces histoires. J’ordonne donc votre détention pendant la suite du processus judiciaire », tranchait le magistrat.

Éric Tremblay est un ex-militaire traité pour un choc post-traumatique. Il a fait deux missions à l’extérieur du pays, dont une en Afghanistan où il aurait été témoin de la mort atroce d’une jeune fille.

Série d’arrestations

L’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO) et l’escouade régionale mixte Rive-Nord (ERM) ont réalisé une série d’arrestations en lien avec plusieurs réseaux de distribution de stupéfiants qui seraient contrôlés par des groupes de motards criminalisés, soit les Hells Angels.

Dans le cadre du projet Oursin, les policiers ont arrêté 32 individus dans plus d’une trentaine de municipalités du Québec, de même qu’au Nouveau-Brunswick.

« Cette enquête avait pour but de faire la lumière sur une organisation criminelle, communément appelée le « Réseau de l’Est », qui contrôlerait la distribution de stupéfiants le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine », indiquait la SQ dans un communiqué émis le 14 février.

Les arrestations font suite aux deux phases de perquisitions réalisées au cours du mois de janvier 2019.

En cours d’enquête, les enquêteurs ont procédé à 48 perquisitions dans des résidences et des commerces et ont saisi, notamment :

  • 6 kilos de cocaïne
  • Plus 232 000 comprimés de méthamphétamine
  • Plus de 640 000 $
  • 23 armes à feu longues et de pointe
  • 3 véhicules saisis
  • 8 vestes aux couleurs des Hells Angels

Plus de 150 policiers ont participé à ce projet d’enquête.

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média