Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 mai 2019

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

La MRC de La Mitis révisera ses zones inondables

Inondation

©Archives - L'Avantage Rimouski

Plusieurs propriétés installées le long de la rivière Mitis ont été touchées par les inondations du printemps 2017.

MISE À JOUR. À l’heure où plusieurs communautés au Québec doivent composer avec des inondations résultant de la crue printanière, La MRC de La Mitis entreprend un processus de mise à jour de la cartographie des zones inondables se trouvant sur son territoire.

Cette mise à jour se déroulera au cours des prochains mois. Certaines zones, qui n’étaient pas nécessairement touchées par des problématiques d’inondation au cours des dernières années pourraient éventuellement se trouver en position de vulnérabilité.

Avec en main toutes les données disponibles, la MRC prévoit adopter un règlement de contrôle intérimaire pour faire en sorte que les municipalités du territoire modifient leur schéma d’urbanisme afin de restreindre la construction dans les secteurs vulnérables. Cette mesure aurait préséance sur tout règlement municipal. Le conseil des maires a appuyé cette option à l’unanimité.

« Actuellement, il y a des zones qui sont inondables sur 12 ou 13 ans de récurrence. On veut s’assurer qu’il n’y aura pas de construction à ces endroits », explique le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis.

Plusieurs citoyens, notamment ceux dont la résidence était située en bordure de la rivière Mitis, ont été affectés par des inondations au printemps 2017. À ce moment, les élus de La Mitis avaient déjà démontré de l’intérêt pour mettre à jour la cartographie des zones inondables. Cette fois, le conseil des maires de la MRC est déterminé à mener l’exercice à terme.

« Nos cartes ne sont vraiment pas à jour. Oui il y a la nature et les changements climatiques, mais on s’est aussi aperçu qu’il y avait des causes humaines. Les travaux de drainage dans les champs font en sorte qu’il y a des zones en aval qui se retrouvent avec plus d’eau que la normale », illustre M. Paradis.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média