Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

15 mai 2019

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Économie: le vieillissement de la population au cœur des préoccupations

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Au même titre que les travaux en cours au palais de justice de Rimouski, la construction récente du Complexe sportif Desjardins aura permis de stimuler l’économie régionale.

ÉTUDE RÉGIONALE. Le vieillissement de la population combiné aux incertitudes qui persistent dans les industries agricoles et forestières limiteront l’expansion économique du Bas-Saint-Laurent, d’après l'étude économique régionale de Desjardins publiée aujourd'hui.

Selon les observations des économistes du Mouvement Desjardins, le l’accélération du vieillissement démographique crée une pression accrue sur les besoins en main-d’œuvre, si bien que la situation est qualifiée de préoccupante pour la région. L’étude s’est basée sur les chiffres d’Emploi-Québec qui indiquent que la totalité des emplois à combler sera liée aux départs à la retraite sur l’horizon 2017-2021. Une réduction des effectifs de l’ordre de 600 travailleurs est à prévoir chez les différentes entreprises du Bas-Saint-Laurent pour cette période.

Le marché du travail a affiché une bonne performance au Bas-Saint-Laurent en 2018. L’emploi a progressé de 7,9. Une baisse devrait toutefois être enregistrée cette année, mais un retour à la croissance est attendu dès l’an prochain. Quant au taux de chômage, il est appelé à diminuer et pourrait atteindre 5,1 % en 2020, un creux en plus de 20 ans.

Projets

Le Mouvement Desjardins a identifié certains projets qui ont eu pour effet de stimuler l’économie de la région. À Rimouski, l’agrandissement et la rénovation du palais de justice au montant de 68,2 M$ et la récente construction du complexe glaces-piscines de près de 40 M$ apportent des retombées intéressantes. De plus, la MRC de Rimouski-Neigette procède à l’élaboration de son premier plan d’agriculture urbaine, ce qui permettra entre autres de stimuler l’offre et la demande pour les produits locaux.

Dans les projets à venir, la construction d’un centre de production de cannabis médical d’AAA Medical Montréal à Sainte-Luce devrait être bénéfique pour l’industrie agricole avec la création d’une cinquantaine d’emplois. L’investissement de 26 M$ de Cédrico à Price et Causapscal, permettant la consolidation de 550 emplois directs et indirects, fait aussi partie des bonnes nouvelles économiques pour le Bas-Saint-Laurent.

« Également, le Mouvement Desjardins ouvrira un centre de relations avec la clientèle à Rimouski au printemps 2019. Cela génèrera environ 20 nouveaux postes cette année et à terme, ce sont près de 40 emplois qui auront été créés », ajoute l’étude.

Par ailleurs, les investissements auraient diminué de 25,8 % dans la région en 2018, d’après les données de l’Institut de la statistique du Québec. La fin de la construction du Parc éolien Nicolas-Riou au montant de 500 M$ n’est pas étrangère à ce repli, selon les économistes de Desjardins.

Si le prolongement de l’autoroute 20 entre Bic et Trois-Pistoles n’est pas prévu à court terme, la construction d’un nouveau complexe chirurgical et la mise aux normes de certains secteurs de la santé mentale à l’hôpital de Rimouski sont présentement à l’étude. Le projet de 50 M$ figure au Plan québécois des infrastructures.

Commentaires

16 mai 2019

Claude Charron

Sur les $500 millions qu’a coûté le projet éolien combien ont été investis au Québec? Est-ce le même scénario qu’avec le promoteur allemand Enercon qui est poursuivi par HQ pour ne pas avoir respecté ses engagements économiques envers le Québec. De plus le projet éolien Nicolas-Riou génère très peu d’activité économique et très peu d’emplois, il génère surtout d’immenses pertes pour les contribuables quèbécois. Il n’y a pas de quoi être fier, bien au contraire, c’est une honte.

29 mai 2019

pierre Dubé

vous avez raison et c'était même très prévisible. une fois la construction fini, il ne reste plus grand chose. Par contre c'est très payant pour les municipalités avec tout les profits que le parc fait... pour revenir à la construction presque rien était fait au Quebec. et la majorité des employés n'étaient meme pas de la région

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média