Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

07 juin 2019

Jean-Réal Couture - redactionrimouski@lexismedia.ca

Repêchage midget plus relevé que prévu dans la LHJMQ

Océanic aux assises

Serge Beausoleil

©Archives

Serge Beausoleil, directeur-gérant et entraîneur-chef de l'Océanic.

Contrairement à ce qu’on a pu lire dans les revues de presse à l’effet que le repêchage midget de cette année n’est pas une très bonne année, Serge Beausoleil qualifie l’exercice de samedi comme bon.

« C’est une bonne année, une très bonne année. Ce n’est pas l’année de Lafrenière comme en 2017, mais c’est une très bonne année de repêchage. Le repêchage est dense. Ce qui vient compliquer la tâche est qu’une dizaine de joueurs semblent vouloir lorgner le côté américain. Et il y a beaucoup de francophones dans ce groupe. D’habitude, cela ne séduit que les Maritimes ou presque, ce qui fait que pour les projections, c’est un peu plus complexe. »

L’Océanic, on le sait, ne repêchera pas très à bonne heure, cette année. Son 1er choix en 1re ronde ne se situe qu’au 14e rang. Or, le repêchage prenant de plus en plus de valeurs au fur et à mesure qu’on s’y approche, on peut échapper le raisonnement voulant que seulement les 5 ou 6 premiers appelés puissent percer l’alignement dès septembre.

Est-ce que ceci encourage Serge Beausoleil de tenter d’échanger son 14e choix en 1re ronde ? « Tout est sur la table pour le 14e. On pense repêcher à 14e, on pense à s’avancer, on pense à reculer et d’aller chercher d’autres choix et avoir quand même un bon joueur. On pense même à transiger. Tout est sur la table en ce moment. »

Une prudence dans le raisonnement qui est notamment justifié par le fait que l’Océanic ne parle pas en 2e ronde samedi. Ce qui inclut que de ne pas parler ni en 1re, ni en 2e ronde, ça porte le 1er choix très loin, soit en 3e ronde. « Je ne pense pas qu’on laisse partir notre 1er choix sans parler en 2e, bien honnêtement. Si ça arrive, normalement, on devrait parler en 2e. »

Mentionnons que suite aux transactions de cet avant-midi, ce ne sont pas 14 choix de repêchage dont dispose l’Océanic samedi, mais bien de 18 choix, en 14 rondes. Voilà qui sera à suivre. Car si ce n’est pas l’année Lafrenière comme en 2017, ce sera en 2019-2010, l’année Lafrenière qui veut être au meilleur de sa progression alors qu’il sera éligible au repêchage de la LNH pour la toute première fois, après trois saisons au junior.

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média