Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

12 juin 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Une jeune ballerine de Sainte-Luce joint les rangs du Cincinnati Ballet

STAGE ESTIVAL

©Gracieuseté - Anne Dryburgh - ESBQ

Éliane Jacques danse depuis l'âge de 4 ans. Elle a fait ses premiers pas de danse à l'École de dans Quatre temps de Rimouski.

La jeune Éliane Jacques, ballerine Luçoise de 15 ans, joindra les rangs de la compagnie de danse américaine, le Cincinnati Ballet, le 16 juin prochain, seule Québécoise à y avoir été acceptée.

Éliane pourra travailler, pendant son stage de trois semaines, avec de grand(e)s chorégraphes américain(e)s et la directrice artistique Victoria Morgan. « Je me compte très chanceuse de pouvoir poursuivre mon rêve à Cincinnati cet été. La petite Québécoise en moi est très impressionnée et un peu apeurée face à cette expérience nouvelle qui s’en vient », exprime la ballerine.

Éliane a quitté la région il y a trois ans, au début de son secondaire, pour poursuivre son rêve de danse à un niveau professionnel. Elle a choisi de s'exiler à Montréal pour joindre les rangs de l’École Supérieure de Ballet du Québec. « J’ai sacrifié ma vie d’adolescente « normale », j’ai quitté ma famille et mes amies pour partir. Je savais qu’un programme difficile m’attendait. Mais la danse, c’est ma vie », explique Éliane.

©Gracieuseté - Anne Dryburgh - ESBQ

Éliane Jacques

Travail acharné

La ballerine raconte en effet que son adaptation à la rigueur des professeurs et du programme n’a pas dû se faire sans un travail acharné, jour après jour. « Ça été un vrai choc au début. Il n’y a pas vraiment de temps pour le repos ou les autres loisirs et activités. Mais ça ne m’a pas dérangé, parce que le ballet c’est ma vie. Je me lève chaque matin et j’ai hâte d’aller me dépasser dans mon sport, qui est à la fois un art, pour devenir meilleure chaque jour. »

Si elle peut être, à bien des égards, une source d’inspiration pour sa persévérance et sa détermination pour plusieurs jeunes d’ici qui chérissent un rêve et à qui elle prouve que c’est possible, même quand on vient d’une petite région, elle est aussi une source d’inspiration pour son père, André Jacques : « Je suis très fier de ma fille qui depuis son très jeune âge repousse ses limites et affronte ses craintes afin de poursuivre son rêve. Il y a eu des embûches mais elle a toujours su les surmonter. Pour cela, elle est pour moi une source immense d’inspiration. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média