Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

26 juin 2019

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

Le député Guy Caron défend son bilan des quatre dernières années

DERNIÈRE ÉTAPE

L’heure des bilans pour le député néo-démocrate de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Guy Caron.

©Photo : gracieuseté.

L’heure des bilans pour le député néo-démocrate de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Guy Caron.

Au cours de son dernier mandat, le député néo-démocrate de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Guy Caron est monté au front sur plusieurs dossiers.

À l’approche des élections fédérales du 21 octobre et avec la fin des travaux de la Chambre des communes le 20 juin, l’heure est au bilan pour le député Caron qui se dit confiant de mériter pour une troisième fois, la confiance des citoyens de sa circonscription.

Au cours des quatre dernières années, la gestion de l’offre figure parmi ses principales batailles politiques. « Ça fait plus de cinq ans que Conservateurs et Libéraux s’engagent à indemniser les producteurs laitiers en raison des pertes que leur ont causées les ententes commerciales. Ceux-ci n’ont toujours pas vu la couleur de cet argent, malgré les promesses qui s’empilent. Ça suffit ! » dit-il.

D’autres dossiers ont aussi fait l’objet de nombreuses interventions de la part de Guy Caron. Pensons au trou noir de l’assurance-emploi, qui affecte toujours le Bas-Saint-Laurent, l’assurance-récolte due aux agriculteurs victimes des sécheresses des deux derniers étés, et la couverture déficiente du cellulaire en région.

Quant au dossier du brise-lame du Port de Rimouski, les efforts du député néo-démocrate ont porté fruit après sept ans de travail soutenu, lui qui avait ouvert la porte à des négociations entre la Ville de Rimouski, initialement réfractaire à une rétrocession, et Pêches et Océans Canada, qui refusait d’investir dans le brise-lame et la mise à niveau des installations.

« Les arguments économiques et sécuritaires, pourtant valides, ne fonctionnaient pas. Il fallait essayer autre chose. Pêches et Océans voulait se débarrasser de la marina, mais sans y mettre les sommes requises pour la mise à niveau. Rimouski voulait une mise à niveau des installations, mais sans en prendre possession. Les deux parties ont trouvé leur intérêt dans un compromis ».

À la Chambre des communes, le vote de blâme des délégués néo-démocrates envers le chef Thomas Mulcair en avril 2016 a permis à M. Caron de se distinguer sur la scène pancanadienne pendant les quatre dernières années, d’abord comme candidat à la chefferie du Nouveau Parti démocratique en 2017, puis à titre de chef parlementaire du NDP d’octobre 2017 à février 2019, un rôle qui lui a permis de questionner quotidiennement le premier ministre Justin Trudeau.

Guy Caron se dit aussi fier et déçu du dépôt du projet de loi C-274, qui vise à corriger l’iniquité fiscale à laquelle font face les propriétaires de PME et de fermes familiales qui désirent transférer l’entreprise à leurs enfants. Actuellement, ceux-ci doivent payer plus d’impôts que s’ils vendaient l’entreprise à des étrangers.

« Les libéraux ont malheureusement voté contre ce projet de loi. Le ministre des Finances leur avait promis de présenter des mesures correctrices dans un budget, mais il a renié cette promesse. Pendant ce temps, des milliers de propriétaires de PME et de fermes familiales vivent dans l’insécurité par rapport à leur succession ».

Guy Caron est officiellement candidat pour l’élection de 2019 et il se dit prêt à défendre son bilan.

le député néo-démocrate de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Guy Caron

©Photo : archives L'Avantage

Le député Caron qui se dit confiant de mériter pour une troisième fois, la confiance des citoyens de sa circonscription.

Commentaires

27 juin 2019

steeve

Non merci. Vous êtes dans le mauvais parti. Fini le temps d'élire un député et être encore et toujours dans l'opposition. Rimouski se meurt.

27 juin 2019

Did Bell

Trop tard Les défis de la politique, ce n'est plus de contester toujours le gouvernement, c'est de faire avancer la région. Les projets doivent être à l'avant-garde et être mobilisateur. Nous on veut la 20 pour favoriser le développement économique. On veut des projets qui vont diversifier l'offre. Un député seul ne peut pas le faire. Que ça soit libéral, conservateur il faut aller au pouvoir pour avoir plus d'écoute. Il faut voter pour le pouvoir, mais c'est à savoir qui sera là. Bonne question!!!????!!!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média