Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

02 juillet 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Un objet inusité légué par les Sœurs du Saint-Rosaire

PATRIMOINE

Les Sœurs du Saint-Rosaire entourées d'élèves de l'école Du Rocher-D'Auteuil de Rimouski.

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Les Sœurs du Saint-Rosaire entourées d'élèves de l'école Du Rocher-D'Auteuil de Rimouski.

La congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire a légué un objet bien particulier à l’école Du Rocher-D’Auteuil de Rimouski, un cherche-étoiles, un morceau de son histoire transmis aux jeunes générations.

Ce grand objet a été fabriqué dans les années 1950 par Sr Marie-de-Saint-Jean-Eudes (Angéline Boulanger), passionnée par le ciel et ses étoiles. On peut y retrouver les constellations, les signes du zodiaque et le ciel étoilé selon les jours et les mois de l’année. « C’était un outil pour enseigner les sciences à la maison-mère, où il y avait le Scolasticat, l’école normale qui formait les enseignantes. Les sœurs se débrouillaient pour bâtir des outils pédagogiques. Le but de ce don est que les jeunes se rappellent qu’avant eux, il y a eu du monde, et que leurs parents et grands-parents, avant les tablettes, apprenaient aussi autrement », explique la supérieure générale de la congrégation des sœurs du Saint-Rosaire, Gabrielle Côté.

La directrice de l’école du Rocher-D’Auteuil, Julie Couture, explique qu’il s’agit d’un don remarquable pour ses élèves. « Les enseignantes ont déjà des idées pour faire honneur à ce cherche-étoiles. Je suis vraiment contente de ce legs, qu’il y ait une trace de l’histoire dans notre école. Avoir permis cette rencontre entre des personnes qui ont enseigné ici et la génération de demain, c’est un pont fantastique. »

Cécile Boucher et Eva-May Michaud posent devant l’établissement où elles ont enseigné il y a 6 ans.

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

LEs Sœurs du Saint-Rosaire Cécile Boucher et Eva-May Michaud posent devant l’établissement où elles ont enseigné il y a 60 ans.

L'historienne Karine Hébert et la directrice de l'école, Julie Couture, devant le cherche-étoiles

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

L'historienne Karine Hébert et la directrice de l'école, Julie Couture, devant le cherche-étoiles

Karine Hébert, l’historienne qui a coordonné le projet avec l’archiviste de la congrégation, Sœur Auréla Cyr, explique que les religieuses ont été responsables de l’école jusqu’en 1970 et elles y ont enseigné jusqu’en 1973 avec des laïcs. « C’est un bel exemple de transmission, les sœurs ont contribué à la formation de milliers d’enfants. Elles ont commencé à enseigner dans les écoles de Sacré Cœur en 1944 et ont été présentes une trentaine d’années. »

Un don majeur

Aujourd’hui, les Sœurs du Saint-Rosaire se départissent de leurs biens, estimant qu’il est crucial de transmettre leur mémoire : « Nous léguons nos outils, car nous sommes vieillissantes, et il n’y a pas vraiment de relève, l’avenir est ailleurs. Comme on n’est pas éternelles, on veut qu’il y ait un lendemain à ce qu’on a vécu et a ce qu’on a bâti dans le Bas-Saint-Laurent. Je pense qu’on a démocratisé l’éducation, qui humanise, rend les gens plus libres, capables de défendre leurs droits, leur dignité et leur autonomie. »

Les religieuses ont également légué un herbier en très bon état à l’Université du Québec à Rimouski. « On a aussi légué des oiseaux empaillés, des harfangs des neiges, aigles, au Cégep de Rimouski, des collections de sables, de roches, de minéraux. Ce sont des choses qu’on a toujours conservées. »

La congrégation vient aussi tout juste de remettre un don majeur à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) à Rimouski, toutes leurs archives qui concernent l’éducation. « Ce sont les archives de toutes les écoles où on a enseigné, l’historique de la paroisse. Les sœurs faisaient une chronique de l’éducation, elles écrivaient les événements, ce qui se passait dans l’école, c’est très précieux. Il n’était pas question que cela ne reste pas dans la région. »

Commentaires

3 juillet 2019

Fleurette Boudreault

J'ai eu le bonheur d' avoir été pensionnaire au St-Rosaire de Septembre 1951 à Juin 1952. J'ai eu une enfance difficile, mais j'ai été très heureuse avec les Religieuses dans ce couvents. J'ai 83 ans et je pense très souvent à cette belle période de ma vie.

4 juillet 2019

Doris St-Laurent

De très bons souvenirs des religieuses du St-Rosaire. J’aimerais vous suggérer de faire des impressions de votre ‘Recherche etoiles’ car je suis certaine que plusieurs seraient intéressés si ce n’est d’autres écoles... cela pourrait vous apporter des sous pour votre futur et vos œuvres. ( vérifier si un brevet d’invention vous serait nécessaire)

6 juillet 2019

Joseph Blais Diane Deraspe

j AIMERAIS AVOIR LES NOTES DE L ECOLE DE MA PAROISSE OU ELLES ONT TRAVAILLEES

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média