Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

09 juillet 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Aborder le délicat sujet de la fin de vie sur scène

EXPÉRIENCE THÉÂTRALE

Le dernier sacrement

©Gracieuseté - Spect'Art

Le Dernier sacrement, une pièce de Denis Bouchard, sera présentée à Rimouski.

Le comédien Denis Bouchard présentera sa nouvelle pièce de théâtre à Rimouski, « Le dernier sacrement », un spectacle immersif assez inusité au cœur d’un sujet qui tient à cœur, la fin de vie.

Dans la pièce, M. Bouchard campe le personnage principal, un professeur de science politique non croyant et bon vivant, spécialisé dans les religions, qui se trouve dans une maison de fin de vie. Son infirmière est pour sa part croyante. « Il y a une rencontre entre les deux. Bien sûr, il y aura mort d’homme à la fin, mais il va lui arriver toutes sortes de choses. Mon but n’est pas de critiquer les religions, mais de faire cohabiter des points de vue différent. » 

La pièce ne débutera pas sur scène, mais avant, dans le foyer de la salle de spectacles rimouskoise, où M. Bouchard a prévu reconstituer deux chambres d’hôpital et y inviter les spectateurs, par groupes, à participer à des sketchs montés avec des figurants. « Il y aura de l’humour, de sorte que quand les spectateurs entreront ensuite dans la salle, ce ton un peu comique sera déjà installé. »

Denis Bouchard

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Le dernier sacrement est la septième pièce écrite par l’acteur et metteur en scène Denis Bouchard, qui a fait un petit tour à Rimouski pour présenter la pièce à venir.

Débuts difficiles

Le sujet n’est en effet pas facile à aborder, et M. Bouchard, qui n’a pas sa langue dans sa poche, explique qu’au départ, il n’a pas été aisé de faire accepter son projet. « J’ai commencé par faire jouer la pièce au CHUM (Centre hospitalier universitaire de Montréal), dans une reproduction d’une chambre d’hôpital. Le public était de 60 personnes par soir, tous les profits allaient au CHUM. Ça a tellement bien marché que des théâtres ont fini par m’approcher. »

Il raconte que la pièce est née d’une interrogation : « Dans un article, on disait que les personnes qui ont la foi meurent plus en paix que les autres. J’ai réfléchi, lu beaucoup là-dessus. »

Au gré de ses voyages de toute une vie dans une centaine de pays, le metteur en scène avait pris beaucoup de notes sur les raisons qui poussent les gens à croire, passionnée par le sujet.  « Tranquillement, j’ai élaboré une conférence sur le sujet, rencontré des gens qui m’ont dit d’aller voir où se vivaient ces crises de « foi », dans les maisons de soins palliatifs. Ça me faisait peur d’y aller, je pensais que c’étaient des mouroirs. Mais je suis tombé en bas de ma chaise, car la dignité dans ces lieux est absolument remarquable et il y a beaucoup d’humour. On y célèbre la vie, la fin de vie. C’est de là qu’est partie mon idée. »

M. Bouchard s’engage à verser une partie des profits de son spectacle à la Maison Marie-Élisabeth.

La pièce sera présentée le 25 octobre prochain à la salle Desjardins-Telus de Rimouski. Informations : 418-724-0800.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média