Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 juillet 2019

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Incursion dans le passé de Saint-Octave

Exposition estivale

Jocelyne Fortin

©Jean-Philippe Langlais - L'Avantage Rimouski

La présidente de la Société historique et patrimoniale de Saint-Octave-de-Métis, Jocelyne Fortin.

EXPOSITION. Chaque année depuis 2007, la Société historique et patrimoniale de Saint-Octave-de-Métis tient une exposition estivale au centre communautaire Chanoine-Michaud et une fois de plus, l’organisme a déniché plusieurs morceaux de l’histoire locale qui sauront captiver les visiteurs.

Cette fois, la croix lumineuse de Saint-Octave, qui veille sur le village depuis 1950, se trouve au cœur de l’exposition. « À travers notre recherche, on a pu trouver des preuves de l’existence pas toujours facile de cette croix. On a aussi voulu mettre en valeur le travail d’un citoyen, qui a amassé des sous pour entretenir cette croix lumineuse, qui n’existerait peut-être plus si ce monsieur n’avait pas mis autant d’efforts pour sa conservation. Je vous laisse le soin de découvrir comment il s’y est pris », indique la présidente de la Société historique et patrimoniale, Jocelyne Fortin.

Recherche approfondie

Exposition Saint-Octave

©Jean-Philippe Langlais - L'Avantage Rimouski

Une salle est consacrée à l'exposition sur la croix lumineuse de Saint-Octave.

Exposition Saint-Octave

©Jean-Philippe Langlais - L'Avantage Rimouski

Plusieurs objets d'époque sont exposés à la salle communautaire Chanoine-Michaud.

Les membres de la Société historique et patrimoniale ne ménagent pas les efforts en matière de recherche. Si les expositions permanentes ont été conçues il y a quelques années, les expositions thématiques, comme celle portant sur la croix lumineuse, exigent un travail continuel.

« Notre projet a commencé à partir de quelques archives, mais pas beaucoup. Lorsque le curé Michaud a décidé de construire une croix, il a refilé la facture à un citoyen. On ne retrouve pas de factures dans les archives de la Fabrique puisque c’est le citoyen qui l’a payée. Même chose pour les réparations. On ne retrouve pas de documents à la Fabrique puisque c’était payé par des mécènes. Il y a beaucoup de suppositions puisque les principaux acteurs sont malheureusement décidés aujourd’hui. On suppose, on déduit. Parfois, un petit renseignement donné par un citoyen nous amène à appeler une personne, puis une autre », décrit Mme Fortin.

En plus d’une section sur l’Intercolonial et la gare, qui ont permis une occupation dynamique du territoire, des photographies aériennes de fermes, des chapeaux anciens, ainsi que des images de commerces, entreprises, et services sont exposés. Comme c’est le cas pour chaque année, une famille est à l’honneur. Cette fois, il s’agit de la famille Fortin-Dupont.

« Nous sommes approchés par des familles intéressées à nous fournir des images pour l’exposition. La famille Fortin a l’un de ses membres qui s’implique beaucoup du côté du patrimoine. Nous lui avons proposé l’idée et il était très heureux de nous prêter des photos », explique Jocelyne Fortin.

L’exposition est ouverte du mardi au samedi, de 13 h à 16 h 30, et les dimanches de 13 h à 16 h, jusqu’au 11 août. Du 12 août au 1er septembre, l’exposition est accessible les dimanches en après-midi.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média