Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

08 août 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Carole St-Laurent n’arrive pas à recruter de personnel

Personne vivant avec un handicap

Carole St-Laurent

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Carole St-Laurent exige des changements au programme d’aide.

La Rimouskoise Carole St-Laurent, une personne vivant avec un handicap, est incapable de recruter du personnel pour lui venir en aide dans ses tâches quotidiennes parce que le programme gouvernemental offre un salaire trop bas.

Dans un contexte de rareté de la main-d’œuvre pour de l’aide à domicile et des soins d’hygiène du même type que ceux apportés par des préposés aux bénéficiaires, il devient difficile de trouver des gens à 14,68 $ de l’heure, taux horaire accordé par le programme « chèque emploi-service » dans la région. « Le programme n’a pas été modernisé depuis plus de 25 ans. Plusieurs personnes ont beaucoup de difficulté à recruter du personnel et la menace d’être obligé d’aller vivre en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) est bien présente, mais totalement inadmissible. Ce n’est pas un endroit pour vivre à 30 ou 40 ans., en plus ça coûterait beaucoup plus cher à la société de nous envoyer là plutôt que de nous fournir des services pour qu’on reste à la maison », indique-t-elle.

Présentement, Carole doit compter sur l’aide de sa mère trois jours par semaine, car elle n’arrive pas à recruter. « Je ne sais pas ce que je ferais si elle n’était pas là. J’ai besoin d’aide pour me lever et me coucher, mais aussi pour mes soins de confort, faire la cuisine, l’entretien de la maison, le lavage etc », déplore-t-elle.

Pour que tous les bénéficiaires puissent demeurer à leur domicile, nous demandons un taux horaire minimum à 22 $, que les frais de déplacement des préposés soient remboursés et une allocation d’un minimum de trois heures par quart de travail. Actuellement, notre plan accorde une heure pour le coucher, mais c’est difficile de trouver quelqu’un qui accepte de se déplacer pour une paie d’une heure. Il faut les encourager à rester et les compenser adéquatement afin qu’ils fournissent un meilleur service. Nous avons des handicaps, mais nous voulons rester actifs et même travailler. On veut participer à la société, mais il manque actuellement de ressource. C’est un travail qui demande du cœur. Ça mérite 22 $ l’heure », mentionne Carole, qui a créé le groupe Facbook Chèque Emploi-Service Réinventé.

18 000 personnes bénéficient du programme. Carole St-Laurent est toujours à la recherche de personnel au 418-727-5849.

Commentaires

8 août 2019

Guy Noel

Ce n’est pas juste le salaire, avez-vous regardé l’horaire de travail ? C’est 8h-11h, 16h30-18h30 ET 21h30 a 23h30, pour jeudi vendredi et samedi. C’est 7h de travail étalées sur 16h dans la journée et ça n’inclut pas les déplacements. C’est même pas 8h de sommeil pour le préposé.

10 août 2019

carole St-Laurent

Comprends-tu que si tu tombais en fauteuil roulant, toi aussi tu aurais besoin de 3 fois par jours car tu dois te lever, souper et te coucher. Et nos demande au Gouv. inclu bien plus que ce qui est écris ici...il peuve pas tout ,ettre dans l'article. Mais sache qu'il y en a à qui ce travail convient très bien car tu as toute ta journée pour faire ce que tu veux, toute la soirée pour sortir. Mon horraire est pas figer dans le béton. La personne qui fait le soir n'est pas nécessairement la même qui me lève. Et si la préposée habite à moins de 5 min à pieds, elle adorerait avoir tel horraire. Il y a toujours 2 côté à une médaille.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média