Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

08 août 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Une étudiante de Rimouski sur les traces des soldats la Première Guerre mondiale

PRIX VIMY BEAVERBROOK

Florence Trigaux entrera au secondaire 5 à l’école Paul-Hubert de Rimouski en septembre.

Florence Trigaux, étudiante de 16 ans passionnée d’histoire, fait partie des 14 lauréats canadiens du prix international de la Fondation de Vimy, le prix Vimy Beaverbrook, qui lui permettra de s’envoler sur les traces des soldats de la Première Guerre mondiale, en Europe.

Son prix lui donnera l’occasion de participer à un programme éducatif de deux semaines, qui lui permettra de visiter des sites historiques en France et en Belgique au mois d’août. En compagnie de 15 autres lauréats, dont quatre québécois, elle visitera, entre autres, le Mémorial national du Canada à Vimy, assistera à des témoignages d’experts à Ypres, Passendaele et Beaumont Hamel, marchera sur la plage de Juno et autres sites clés en Normandie et participera à des cérémonies de commémoration des deux guerres.

Le coordonnateur des communications pour la Fondation, Alexandru Stratulat, indique que Florence est la première élève de Rimouski à être choisie depuis le début du programme, en 2006 : « Elle est la seule de l’Est du Québec à prendre part au programme cette année.  Depuis le début, deux autres élèves de l’Est ont été sélectionnés. »

Choisie parmi 150 candidats

L’étudiante, choisie parmi plus de 150 candidatures, se réjouit de cette expérience, qui ne sera toutefois pas de tout repos, puisque, entre autres choses, Florence devra présenter un exposé de 15 minutes devant le groupe pendant le voyage. « C’est tout sauf un voyage touristique, c'est un programme éducatif, insiste la jeune étudiante, de plus, depuis le moment où j’ai su que j’ai été sélectionnée, les gens de la fondation nous envoient des « devoirs » à faire, des lectures, des questions de réflexion. »

En plus de l’analyse d’une œuvre d’art issue de la première guerre, elle a dû rédiger un essai de quatre pages pour sa candidature pour le prix. « J’ai choisi de parler de la montée des valeurs culturelles canadiennes après la première guerre mondiale. J’ai fait beaucoup de recherches dans les textes, mais je suis aussi allée rencontrer des personnes, comme la conservatrice du Musée régional de Rimouski, Ève De Garie-Lamanque, qui a pu me parler, notamment, de la création du magazine Nigog au Québec entre les deux guerres. Il fallait aussi interpréter une œuvre d’art issue de la première guerre et monter une vidéo de présentation. »

Du 9 au 23 août 2018, nos 16 jeunes du Canada, du Royaume-Uni et de la France se sont rendus en Angleterre, en Belgique et en France pour se familiariser avec la première et la seconde guerre mondiale.

©Facebook - The Vimy Foundation

En 2018, 16 jeunes du Canada, du Royaume-Uni et de la France se sont rendus en Angleterre, en Belgique et en France pour se familiariser avec la première et la seconde guerre mondiale.

Passionnée d’histoire

Originaire de Baie-des-Sables, mais résidant à Rimouski depuis qu’elle poursuit son secondaire 3 à l’école Paul-Hubert, Florence se passionne pour l’histoire de son pays, des guerres mondiales et aussi celle du 18e siècle. « Mon intérêt pour l’histoire est surtout le résultat de ma rencontre avec deux professeurs en histoire qui m’ont marqué, Christian Chaumont à Baie-des-Sables, et Rémi Lavoie, à Rimouski. Mais petite déjà, je me souviens que je rédigeais des petites histoires sur des personnages historiques. Au primaire, l’histoire du Québec et des autochtones m’a beaucoup intéressée. »

Florence souhaite éventuellement poursuivre ses études dans le domaine de l’histoire, et, pourquoi pas, avec un métier en lien avec l’histoire, elle qui travaille déjà comme guide à la Grange à dîme de Sainte-Flavie : « Historienne est une option intéressante. J’aime aussi beaucoup écrire, donc je me tournerai peut-être aussi vers la littérature. »

Un soldat particulier

Florence et ses 15 comparses ont également dû trouver un soldat dans un cimetière qu’ils iront visiter, et écrire une lettre, un poème, une chanson à son attention. « Il fallait choisir un soldat qui avait un lien avec nous. J’ai choisi Joseph Keable, héros de guerre qui est né à Saint-Moïse, pas loin de chez nous. J’ai fait sa biographie, j’ai lu des livres sur lui. Quand on ira au cimetière, j’irai lire mon poème sur sa tombe. »

La Fondation Vimy a en effet pour mission, au travers du programme du prix Vimy Beaverbrook, de faire participer les jeunes d’aujourd’hui à la découverte du passé pour préserver l’héritage commun des anciens combattants. La Fondation Vimy est un organisme de bienfaisance dont la mission est de préserver et de promouvoir le patrimoine canadien de la Première Guerre mondiale, symbolisé par la victoire à la crête de Vimy en avril 1917.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média