Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

09 août 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Voies de fait graves à la Place des anciens combattants : Éric Pitre remis en liberté

Il doit rester chez ses parents

Éric Pitre

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Éric Pitre, au centre, à son arrivée au palais de justice de Rimouski, ce vendredi.

Arrété jeudi à Val-d’Amours, au Nouveau-Brunswick, Éric Pitre, 20 ans, a comparu ce vendredi midi au palais de justice de Rimouski pour répondre à des accusations de voies de faits graves relativement à un événement survenu dans la nuit du 21 juillet à la Place des anciens combattants à Rimouski.

Son avocate, Me Élyse Bourdages, a plaidé non coupable. Le procureur de la Couronne, Me Normand Morneau-Deschênes, a accepté de remettre l’accusé en liberté moyennant le respect de plusieurs conditions, dont le versement d’une caution de 2 000 $ avec dépôt et de 3 000 $ sans dépôt. Pitre devra demeurer chez ses parents à Val-D’Amours et être présent à leur résidence entre 22 h et 7 h, sauf pour le travail. Il ne pourra communiquer ou se trouver en présence de plusieurs personnes, dont la victime. Il devra se rapporter par téléphone au poste de la SQ de Rimouski tous les vendredis et il ne pourra consommer d’alcool ou de drogue, y compris le cannabis et se trouver dans les bars ou les discothèques.

« L’enquête policière est toujours en cours », a indiqué Me Morneau-Deschênes. Le dossier reviendra en Cour le 26 août à Rimouski. La présence de l’accusé ne sera pas requise à cette étape.

Un homme de 25 ans avait subi de graves blessures. « Alors qu’un piéton se déplaçait vers 2 h 20 sur la rue Saint-Germain Ouest à la hauteur du stationnement de la Place des anciens combattants à Rimouski, ce dernier a été abordé par cinq individus à bord d’un véhicule quatre portes, de couleur blanche. Ces derniers sont sortis du véhicule pour le pourchasser à pied avant de l’agresser physiquement », rapportait le sergent de la SQ, Claude Doiron, au lendemain des événements. D'autres arrestations pourraient survenir en lien avec ce dossier.

Commentaires

9 août 2019

Julien

Tout ça c'est bien beau mais les raisons ? Tu ne t'en prends pas comme ça à une personne sans raison.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média