Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

14 août 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Monter l’Everest à Rimouski pour aider Caroline à réaliser son rêve

DÉFI ÉVEREST

Caroline Roy et sa mère, Judith Fillion

©Adeline Mantyk

Caroline Roy et sa mère, Judith Fillion, complices de chaque jour.

La Rimouskoise Caroline Roy, quadraplégique et atteinte de paralysie cérébrale, caresse un unique rêve, celui d’aller serrer dans ses bras celui qui l’a accompagnée depuis son plus jeune âge, Winnie L’Ourson. Sa mère, Judith Fillion, participera au Défi Everest de Rimouski avec son équipe pour lui permettre de s’envoler vers Disney World.

 

Mme Fillion explique que lorsque Caroline était petite, Winnie était son « amoureux », sa chambre n’était décorée que du célèbre petit ourson jaune. « Winnie est au cœur de ses rêves depuis qu’elle est toute petite. Quand elle ne parlait pas, qu’elle disait seulement quelques mots, elle prononçait « Pooh », pour Winnie The Pooh. Aujourd’hui, évidemment, elle sait que c’est une mascotte, mais ça a toujours était dans sa vie, elle désire plus que tout aller voir le « vrai » à Disney World, le serrer dans ses bras. »

Caroline a aujourd’hui 26 ans. Sa mère explique que la vie quotidienne a bien changé après l’entrée de sa fille dans sa vie d’adulte. « Elle est une grande prématurée, née à 24 semaines avec la paralysie cérébrale, prisonnière de son corps. Avoir à m’occuper d’elle est une chose, ça a été adaptation, mais c’est surtout ce qui est autour. Quand elle était enfant, elle était prise en charge. Mais depuis qu’elle est adulte, il a fallu repartir de zéro. Il faut se battre pour tout, et c’est tout le temps compliqué. »

Caroline Roy a été très médiatisée lorsqu’elle était enfant, la communauté rimouskoise s’impliquant beaucoup dans des collectes de fond lui permettant d’accéder à divers traitements et programmes qui l’ont aidé à développer, malgré son handicap, certaines aptitudes, dont le langage. Mme Fillion, qui travaille à temps plein et s’occupe d’elle, se dit extrêmement reconnaissante envers les gens qui l’ont soutenue au fil des années.

Objectif de 5 000 $

Aujourd’hui, pour lui permettre de partir réaliser son unique rêve, l’équipe de Judith Fillion, « Caro et son équipe », cherche à obtenir 5 000 $ ou plus lors du Défi Everest, qui aura lieu pour la première fois à Rimouski dimanche 29 septembre.

Plusieurs équipes, de 3 à 20 personnes, collectent des fonds pour des organismes ou projets locaux, comme celui de Mme Fillion, et montrent ensuite leur engagement le jour J en montant la côte de l’avenue de la cathédrale, à partir de la rue de Bourgogne jusqu’au chemin du Sommet. Les équipes doivent gravir 268 fois la côte pour équivaloir les 8 848 mètres de dénivelé du Mont Everest.  En date du 30 juillet, le défi à Rimouski comptait 12 équipes et 64 participants au total.

La mission du défi est double, mettre en valeur l’activité physique et promouvoir l’engagement social. « Certains organismes sont plus habitués ou plus capables de faire des levées de fonds, mais un paquet de petits organismes ou projets n’ont pas les moyens de le faire ou ne sont pas outillés pour. Nous, on est là pour motiver les gens à s’impliquer pour ce en quoi ils croient », indique l’agente aux communications, Cathy Gagnon.

Les dons pour Caro et son équipe se font au www.defieverest.com/equipes/352. Pour informations sur le défi : www.defieverest.com. Les inscriptions se prennent jusqu’au 29 août, minuit.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média