Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

23 août 2019

Le toit de la cathédrale coule toujours

Cathédrale de Rimouski

©Archives

La cathédrale de Rimouski.

Urgence

Le toit de la cathédrale doit être réparé immédiatement. Ceci est préalable à la réalisation de tout projet de restauration du bâtiment. L'automne s'en vient à grands pas.

Facteurs de retard

- L'inaction de la Fabrique siégeant, lors et après la fermeture non fondée de la cathédrale, alors qu'elle aurait dû agir en bon père en faisant les réparations urgentes sur le toit pour colmater les infiltrations.

- Depuis la démission du président de la Fabrique St-Germain, juillet 2018, l'évêque est le seul responsable de la cathédrale à défaut de la nomination d'un nouveau président. Aucune action de sa part!

Autres éléments déplorabes

- Le nouveau président de la Fabrique St-Germain, finalement nommé par l’évêque après un an et dont le mandat a débuté le 8 juillet dernier, n'a pas encore rencontré les marguilliers (Journal l'Avantage du 17 juillet 2019).

- Le chargé de projet demeure encore inconnu par la volonté de l'évêque, et n'est toujours pas en fonction (Journal l'Avantage du 17 juillet 2019). Pourtant, ça presse de réparer le toit.

- Malgré la multitude de promesses et d'annonces faites par l'évêque au sujet de la cathédrale depuis son arrivée, voilà bientôt cinq ans que rien ne bouge. Pourquoi? Le passé serait-il garant de l'avenir?

- Le nébuleux projet de transformation de la cathédrale récemment proposé par l’évêque n’a pas l’aval de la Fabrique ni de la population (sondage Léger de 2017).

Invitation

- Nous souhaitons que tout le monde préoccupé par la situation se manifeste ouvertement, à défaut de quoi nous risquons de perdre notre cathédrale, ce joyau religieux et patrimonial.
 

Raymond Garneau
Gilles Le Chasseur

Commentaires

23 août 2019

Georges

Selon la radio parlée , il devait avoir rencontre entre le nouveau président de fabrique et les marguilliers de la paroisse St- Germain la semaine dernière , Monsieur Lechasseur , vous qui êtes marguillier, pouvez vous confirmer que cette réunion a eu lieu?

23 août 2019

serge marin

elle a été payée par tout les gens du diocesece n est pas juste l affaire des citoyens de rimouski y en a qui ont des décisions a prendre

23 août 2019

Jean guy caron

Facile à réglé on commence par charger l archevêque et le prochain tu lui dit occupe toi des fidèles et nous on vas s occuper du reste pas normal que les prête devienne président de fabrique et des marguilliers

24 août 2019

Roger Harvey

J'ai bien peur que le temps de vie de la cathédrale soit sur son lit de mort. Avez-vous vraiment confiance en l'évêque? Il est grand temps qu'il laisse sa place ou que les citoyens de Rimouski lui montrent la porte. C'est une honte qu'il n'y a rien eu de fait au toit depuis le début.

24 août 2019

Alain Tremblay

En premier lieu cet édifice religieux appartient bien au clergé, fruit des donations de toutes sorte et aussi au travail bénévole qui y a été consacré ou effectué depuis sa construction. Deuxièmement comme l’Église est une organisation somme toute privée avec un organigramme et qui compte sur ses lieux de culte pour continuer à exister, il est normal qu’elle ne doit pas disposée à la céder au peuple sans un prix équivalent à sa valeur marchande. Cette organisation qui prêche l'amour, le don de soi et la charité applique le principe de « charité bien ordonnée commence par soi-même »... ce qui est normal dans les circonstances. Les entrées d’argent s’étant de plus en plus raréfiées depuis la révolution tranquille, et les fondations sous sa gouverne dont les avoirs « pourraient » avoir été constitués à même les dons reçus n’étant pas destinés à l’entretien de la cathédrale entre autres, nous amènent à la situation actuelle. Cette procrastination est tout probablement due à cette réalité comptable que l’argent déboursée par les autorités religieuses pour la réfection ne pourrait être recueillie à nouveau pour renflouer ses coffres. C’est très terre à terre mais, même pour le monde religieux, les chiffres parlent. Et ces possessions que sont la cathédrale, le presbytère et le terrain de l’ancienne « Place des anciens combattants » en face du lieu de culte possèdent une excellente valeur marchande... leur survie en dépend! Il s’agit maintenant pour les autorités ecclésiastiques de l’admettre et d’épargner aux gens d’épargner et leur salive et leurs efforts pour sauver ce Patrimoine historique, culturel et religieux. Peu importe des paroles prononcées par une certaine personne, ce quadrilatère qu’est devenue la paroisse St-Germain est à vendre... mais au prix du marché il va sans dire. Que la vérité sorte enfin comme on nous l’a souvent prêché et qu’on prenne définitivement les choses en main.

26 août 2019

Danyelle Ouellet

Messieurs Garneau et Le Chasseur font un excellent résumé du problème de la sauvegarde de la Cathédrale. J’ajouterais la sauvegarde de l’orgue Casavant dont la survie dépend de l’intégrité de la cathédrale. Cet orgue est toujours fonctionnel . Que justice soit rendue à la paroisse St-Germain. Le déni, l’obscurantisme et l’obstruction de l’évêque actuel sont inadmissibles.

27 août 2019

ss

Il est grand temps que ça change de main car malheureusement... les décisions ne se prennent pas! J'ai aussi très hâte de voir quel pouvoir décisionnel sera accorder au «chargé de projet-(Beeeeehhh!)»

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média