Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

11 septembre 2019

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

S’outiller pour mieux vivre avec la sclérose en plaques

Journée SP Bas-Saint-Laurent

Marie-Ève Michaud

©Jean-Philippe Langlais - L'Avantage Rimouski

La directrice de la section Bas-Saint-Laurent de la Société canadienne de la sclérose en plaques, Marie-Ève Michaud.

Pour sa 2e présentation, la Journée SP organisée le 28 septembre par la section Bas-Saint-Laurent de la Société canadienne de la sclérose en plaques sera une occasion d’apprivoiser la maladie au quotidien et l’aborder avec résilience.

L’événement qui réunira plus d’une centaine de personnes au C Hôtels Le Navigateur de Rimouski aura pour thème « Mieux vivre avec la SP ». En matinée, les participants pourront entendre une infirmière clinicienne et une neurologue qui exposeront notamment les différents aspects de la sclérose en plaques et les traitements possibles. Après le dîner servi sur place, les personnes atteintes et les proches aidants assisteront à des conférences qui permettront de les outiller sur les défis qu’ils doivent relever au quotidien. Le rendez-vous sera également une occasion d’échanger entre les participants.

« La résilience est un grand pas vers le changement. Assurément, les gens qui sortiront de cette journée auront sans doute accès à une meilleure résilience pour pouvoir cheminer et mieux vivre avec la SP », explique la directrice de la section Bas-Saint-Laurent de la Société canadienne de la sclérose en plaques, Marie-Ève Michaud.

Améliorer la qualité de vie

Bien qu’il n’existe toujours pas de remède permettant de guérir cette maladie aussi sournoise qu’imprévisible, la science montre des signes plutôt encourageants. « À ce jour, il y a 14 médicaments neuromodulateurs. On ne peut pas guérir la SP et on ne peut pas la prévenir, il est cependant possible d’amoindrir les symptômes. Il y a 10 ou 12 ans, il n’y avait aucun médicament », illustre Mme Michaud, qui évalue à environ 760 le nombre de personnes atteintes au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Les services offerts aux personnes touchées en région ont également connu des améliorations au fil du temps. L’accès à Internet et aux réseaux sociaux a permis de briser l’isolement et contribué à la création de groupes d’entraide, qui viennent s’ajouter aux services offerts dans les pôles régionaux tels Rimouski, Matane, Amqui et Rivière-du-Loup. Les inscriptions s’effectuent auprès de la section Bas-Saint-Laurent de la Société. Une inscription la journée même (dîner non inclus) est possible.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média