Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

03 octobre 2019

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Sainte-Luce souhaite préserver des résidences vulnérables

Érosion des berges

Marées

©Archives - L'Avantage Rimouski

La Municipalité de Sainte-Luce a été sévèrement touchée, en décembre 2010, par de grandes marées le long de son littoral.

La Municipalité de Sainte-Luce souhaite que des modifications soient apportées à l’entente qu’elle a avec le ministère de la Sécurité publique, de façon à éviter que des résidences susceptibles d’être touchées par l’érosion des berges soient démolies.

Le conseil municipal de Sainte-Luce a soumis, le 23 septembre, une demande au ministère dans le but de modifier l’entente de financement visant la mise en œuvre de mesures permettant d’éliminer le risque de sinistres associés à l’érosion et la submersion côtières menaçant des résidences principales sur son territoire. La présente entente prévoit que les résidences vulnérables devront être déplacées ou démolies en raison de leur emplacement. Or, la Municipalité souhaite avoir la possibilité d’acquérir les propriétés et les revendre.

Les acheteurs auraient ainsi la responsabilité de les relocaliser en dehors des zones jugées à risque, ailleurs sur le territoire de Sainte-Luce. Ainsi, Sainte-Luce pourrait continuer de profiter des taxes foncières de ces immeubles. La localité voisine, Sainte-Flavie, avait présenté une demande similaire au ministère, en vertu d’une résolution adoptée par son conseil le 29 juillet. 

« Certains citoyens nous indiquent qu’ils seraient tristes de voir leur maison démolie. Cette option permettrait d’offrir la possibilité à d’autres personnes d’occuper ces résidences. Cela éviterait de procéder à la démolition de maisons et d’envoyer les débris à l’enfouissement », indique la mairesse de Sainte-Luce, Maïté Blanchette-Vézina.

Des discussions sur le sujet devaient avoir lieu ces jours-ci avec des représentants du ministère de la Sécurité publique. Une vingtaine de résidences de Sainte-Luce sont jugées plus à risque. Au total, une quarantaine de propriétés sont sous la loupe du ministère sur le territoire de la Municipalité.

Commentaires

6 octobre 2019

Suzanne Levesque

Et si la municipalité ne trouve pas d'acheteur pour ces maisons,parce qu'il y a un prix à payer pour un tel déménagement,que fera t-elle de toutes ces résidences? À qui reviendra la responsabilité de les déménager?

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média