Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

20 octobre 2019

Réal-Jean Couture - redactionrimouski@lexismedia.ca

« On a eu une clinique de hockey ! » - Patrick Roy

Défaite à Rimouski ce dimanche

Patrick Roy et ses adjoints ont fait bien des constats en fin de semaine dans les deux défaites des Remparts de Québec et L’Océanic de Rimouski. Clinique de hockey et leçon d’humilité d’affirmer le coach Roy.

Menant 2-0 après 7:03 de la première période, les Remparts de Québec ont connu quelques pénalités, ouvrant la porte à un retour en force de l’Océanic au point tel qu’une fois la première terminée, Rimouski n’a jamais regardé en arrière, se dirigeant vers une victoire de 9-2 (voir autre texte).

Le directeur général et entraîneur-chef des Remparts, Patrick Roy, n’est pas passé par quatre chemins et a levé son chapeau devant L’Océanic. Il n’a pas mis l’indiscipline des siens comme excuse. « C’est plus que l’indiscipline. C’est certain que nous n’avons pas pris les bonnes pénalités, avec des punitions comme le double échec, coup de bâton, ne sont pas nécessaires dans des matchs comme ceux-là. Mais je ne pense pas que ça aurait changé grand-chose. »

Plus encore ! Patrick Roy n’a pas cherché de midi à 14 heures. « L’histoire de la fin de semaine pour nous est que l’on a une clinique de hockey. L’Océanic a été de loin la meilleure équipe. On a eu une clinique au niveau de la protection de rondelle en zone offensive. Chapeau à eux ! Ils ont joué un fort match, deux forts matchs ! »

Quand on souligne que son équipe a réussi à garder sous silence le meilleur trio de L’Océanic vendredi soir, « pas aujourd’hui. Ils ont une très bonne équipe et Serge (Beausoleil) fait un excellent travail avec eux. »

Bien sûr que les Remparts comptent plusieurs jeunes joueurs de 16 et 17 ans, est-il rappelé dans la mêlée de presse, « quand je regarde le grand portrait de la fin de semaine, c’est une belle leçon d’humilité pour nous, en ce sens que nous avions une équipe qui était prête à jouer contre nous, une équipe qui était rapide sur la rondelle. Alors je pense qu’on peut apprendre beaucoup de cette fin de semaine là. Ça permet à nos jeunes joueurs de prendre du millage. »

Mais il ajoute que « froidement, il ne faut pas perdre où nous étions en début de saison et ce qu’on s’est fixé comme objectif, c’est-à-dire permettre à nos jeunes de progresser. C’est sûr qu’après 10 matchs, nous avions 8 victoires 2 défaites. C’est certain qu’on a affronté une équipe qui va certainement être dans les meilleures équipes de la ligue. »

Comment est l’esprit dans le vestiaire après un tel match ? « Ça ne change rien à nous. Perdre 3-2 ou 9-2, on sait qu’on a du travail à faire et il y a beaucoup de choses qu’on doit faire beaucoup mieux si on veut compétitionner avec L’Océanic, à commençant par les punitions évidemment. »

Si la vitesse manifestée par l’Océanic est mise en relief, Patrick Roy indique qu’il lui manquait à la défense Dylan Schives, Nicolas Savoie. « Ça, ç’a fait mal. Et à l’avant, (Andrew) Coxhead n’est pas là et ç’a nous fait mal aussi. Mais on s’en fout. Je n’ai pas encore vu une équipe gagner le championnat de la ligue au mois d’octobre. Ce qu’on veut, c’est sentir une progression chez nos joueurs. Il est certain que j’aurais aimé que le pointage soit différent, qu’on génère plus d’offensive. Mais dans le très peu de tirs qu’on a eus, on a quand même eu de bonnes chances de marquer. Mais il n’en demeure pas moins que le gros de l’histoire est que L’Océanic a joué deux très gros matchs. Ils roulent bien, et c’est certain qu’ils ont le meilleur joueur de la ligue de l’autre bord avec (Alexis) Lafrenière. Et Serge (Beausoleil) semble bien l’utiliser. Vous allez le voir souvent sur la glace. »

Prochain rendez-vous entre ces deux équipes: jeudi 20 novembre 19 h au Centre Vidéotron.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média