Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

21 octobre 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

175 personnes à la 18e Nuit des sans abris de Rimouski

Geste symbolique

Nuit sans abri

©Gracieuseté

La Nuit des sans abris s'est tenus vendredi dernier à l'Auberge du Coeur le Transit de Rimouski.

La 18e présentation de la Nuit des sans-abri de de Rimouski a débuté, vendredi dernier, par une marche de solidarité regroupant plusieurs organismes communautaires et des citoyens sur le thème « Différents visages, différentes histoires ».

Plus de 75 personnes ont marché dans les rues de Rimouski pour lutter contre la pauvreté et les inégalités sociales.

Tout au long de la soirée, plus de 175 personnes se sont présentées à l’Auberge du cœur Le Transit pour participer à l’événement, prendre la parole et revendiquer de meilleures conditions de vie pour les personnes marginalisées et démunies de la société. Le maire de Rimouski, Marc Parent, le député Harold LeBel et plusieurs organismes communautaires étaient présents.

L’activité se veut un geste de solidarité envers les plus vulnérables. « Plus nous serons à comprendre que l’itinérance est un phénomène complexe qui va au-delà de ce que l’on voit dans la rue et plus il y aura de gens pour soutenir les sans-abri ou à risque de le devenir », commente la directrice du Transit, Lynda Bérubé.

 

Nuit sans abri chanteurs

©Gracieuseté

Il y a eu de l,animation sous le chapiteau.

Commentaires

21 octobre 2019

Gilles Pelletier, Québec

On dirait que Rimouski qui a vécu durant des décennies dans une certaine « aisance », vient de tomber bien bas. Quand j’étais tout jeune, à St-Anaclet, passaient souvent des quêteux que l’on aidait et ils s’en retournaient. Quelques fois ces quêteux venaient de Montréal et ils trouvaient toujours un foyer chaleureux pour leur faire passer une bonne nuit bien au chaud avec un bon repas. Aujourd’hui, la pauvreté a une autre allure et nous devons aider autrement et nous devons pratiquer la réinsertion au travail et dans la société. Ça fonctionne, mais il faut dès budget et des ressources qui s’impliquent. Rimouski doit se cracher dans les mains et se mettre à l’oeuvre.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média