Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

21 octobre 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Deux autres suspects arrêtés en lien avec l’agression à la Place des anciens combattants

Justice

Éric Pitre

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Éric Pitre a été arrêté en août.

Dans le dossier de la violente agression survenue au centre-ville de Rimouski le 21 juillet dernier où un individu avait été tabassé par un groupe de personnes, la SQ a procédé à l’arrestation de deux autres suspects.

Maxime Lévesque, 21 ans, de McLeod, au Nouveau-Brunswick, a été arrêté vendredi dernier et a comparu le même jour au palais de justice de New Carlisle avant d’être remis en liberté sous condition en attendant la suite des procédures judiciaires.

Kayla Gideon, de Listuguj au Québec, a été arrêté le 16 octobre dernier. Elle a comparu le jour même à New Carlisle puis est demeurée détenue en attendant de comparaitre de nouveau devant le tribunal à Rimouski pour son enquête sur remise en liberté prévue cette semaine.

Éric Pitre, 20 ans de Val D’amour au Nouveau-Brunswick, a été arrêté au début du mois d’août dernier. Il a comparu devant le tribunal et a été remis en liberté sous conditions en attendant la suite des procédures. Il reviendra en Cour le 18 novembre.

Tous font face à divers chefs d’accusation pour des voies de fait causant des lésions à l’endroit d’un individu de 25 ans du Nouveau-Brunswick qui avait été transféré par avion-ambulance dans un hôpital de Québec en raison de la gravité de ses blessures. Il est toujours hospitalisé depuis le soir des agressions.

« Alors qu’un piéton se déplaçait vers 2 h 20 sur la rue Saint-Germain Ouest à la hauteur du stationnement de la Place des anciens combattants à Rimouski, ce dernier a été abordé par cinq individus à bord d’un véhicule quatre portes, de couleur blanche. Ces derniers sont sortis du véhicule pour le pourchasser à pied avant de l’agresser physiquement », rapportait le sergent de la SQ, Claude Doiron, au lendemain des événements.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média