Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

22 octobre 2019

Réal-Jean Couture - redactionrimouski@lexismedia.ca

L’Océanic vise une 7e victoire locale de suite contre Chicoutimi

Ce mercredi à Rimouski

Prenier trio Océanic

©Océanic FolioPhoto

Il faut s’attendre à ce qu’une attention particulière soit encore portée envers le premier trio, comme on l’a vu dimanche contre Québec.

Le moins que l’on puisse dire de L’Océanic de Rimouski, par les temps qui courent, est que les choses se produisent sous des astres positifs. Difficile donc pour l’entraîneur-chef, Serge Beausoleil, de ne pas être satisfait, de ne trouver que du positif de la façon avec laquelle l’équipe joue à Rimouski.

Ce raisonnement ayant été communiqué à Serge Beausoleil en fin d’avant-midi, après un entraînement vers le match de mercredi contre les Saguenéens de Chicoutimi, ce dernier a rapidement répliqué. « Fais-moi confiance. Notre objectif est toujours de pousser les gars à dépasser leur potentiel, à surpasser leur potentiel. On doit, je pense, leur dire, avec nos générations actuelles, leur dire quand ils font de bons coups, les encourager à continuer, leur montrer combien ils sont efficaces quand ils les font. Mais en même temps, en même temps, il faut être critique envers eux. Il n’y a pas de match parfait. Il y a des choses qu’on peut améliorer tout le temps. Mais j’aime collectivement beaucoup nos matchs. »

Il existe toujours le danger de voir une équipe, qui gagne 9-2 par exemple, sauter sur la glace le match suivant en croyant que cela pourrait être facile. « Ça existe toujours, telle situation. C’est dans l’arrière-cour et il faut être vigilant là-dessus. Il faut que les gars apprennent à compétitionner à chaque match. On parle de ce thème-là tout le temps. C’est toujours un challenge pour notre équipe mentalement de retomber sur terre et d’être challengé par ce qui s’en vient. Parce qu’on peut être fébrile, porté par une vague. Le passé est là. Il faut apprendre de nos erreurs, il faut se nourrir des bons coups. Ils ne t’aident pas à gagner le prochain match si tu n’es pas dans le présent. Il faut qu’on les centre comme il le faut, que les gars soient prêts. Et aux dernières nouvelles, on a perdu le dernier match contre Chicoutimi (4-3 en prolongation). »

Bien sûr que Serge Beausoleil veut voir les siens gagner tous les matchs et considérant le résultat du dernier match contre les Saguenéens, il y a certes des messages qui seront livrés aux visiteurs demain soir. Sauf que le Nic en chef ne voit pas les choses de cette façon. « On est en première portion du calendrier et il faut vraiment nous concentrer sur nous-mêmes. Chicoutimi va contrôler ses choses, alors que nous avons à travailler beaucoup mieux. C’est une équipe qui a beaucoup de potentiel. Il n’y a qu’une seule recrue dans son alignement. Il faudra donc être fin prêt.  De se mesurer au meilleur, ça nous permet toujours de savoir où on est rendu dans notre progression, dans notre cheminement. »

Il est clair dans l’esprit de L’Océanic qu’avec la parité très sévère qui s’installe dans le circuit, il n’y a pas de place pour l’équipe pour se trouver une zone de confort. « Bien sûr que non. Blainville nous a battus. Il n’est pas au haut du classement, il bataille à chaque match. Il a été très compétitif quand il a joué contre nous. Il faut ramener ça à chaque match. On peut avoir des baisses de régime aussi, et il n’y aura pas de panique là-dedans. On aide les gars à revenir sur le bon chemin, à compétitionner. »

Rimouski n’a pas offert sa meilleure performance lors de sa visite à Chicoutimi et, dans l’esprit de L’Océanic, cette équipe est battable. « Ils se sont inclinés contre Drummondville tout de suite après leur match contre nous. Et Drummondville est rendu à 8 victoires de suite. Qui aurait pu prédire ça ? Pas moi. Il joue du très beau hockey, du hockey inspiré, vraiment de séries pratiquement. C’est très très intense. C’est à nous devant Chicoutimi de jouer notre meilleur hockey possible. On joue bien dernièrement à la maison et il faut continuer comme ça. »

Il faut dire qu’il y a un joueur du nom de Vladislav Kotkov qui est toujours bon contre Rimouski. « Il est pas mal bon contre tout le monde. Il n’est pas dans la Série Canada-Russie. Je suis très très surpris de ça. Les Russes doivent avoir toute une équipe parce que pour moi, c’est un des meilleurs joueurs du circuit. »

Avoir le dernier changement de joueur peut être un atout pour l’équipe locale et à cet effet, le trio Durocher – Collin – Ouellet devrait avoir beaucoup de travail dans le match de mercredi, comme ce fut le cas en fin de semaine. « Ce sont des gars qui jouent physique, qui jouent sur la rondelle et qui restent loin du banc des pénalités, parce que c’est notre leitmotiv, cette année. On veut être dans les moins pénalisés et on veut éviter de tomber dans des pénalités de bâton. On essaie de les exclure complètement de notre jeu tout en voulant développer une hargne encore plus grande comme vous l’avez vu dans le dernier match. On veut mettre ça sur la patinoire. Gagner ces batailles-là, récupérer les rondelles et faire de bonnes choses en zone adverse. »

Le match de mercredi est à 19 h 30 au Colisée Financière Sun Life.

PROLONGATION… Rimouski a un dossier de 6-0-0-0 à la maison cette saison avec 41 buts marqués et 14 buts alloués… Chicoutimi a un dossier de 4-2-1-0 avec 22 buts marqués et 23 buts alloués… Au classement général, L’Océanic (9-2-1-1) est au 3e rang derrière Sherbrooke et Charlottetown, tandis que Chicoutimi (8-3-1-0) est au 7e rang… Les trois meilleurs pointeurs de la LHJMQ sont Alexis Lafrenière (34), Cédric Paré (32) et Dmitri Zavgorodniy (28)…

Zacharue Bolduc

©Océanic FolioPhoto

Le jeune Zachary Bolduc (15) connaît un bon début de première saison dans la LHJMQ. Tous les clubs lui portent une attention remarquée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média