Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

24 octobre 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Meilleure organisation des services de proximité dans cinq régions éloignées

Santé et services sociaux

Isabelle Malo

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Isabelle Malo

Les Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue, du Bas-Saint-Laurent, de Chaudière-Appalaches et de la Gaspésie, de même que le Centre intégré universitaire (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, en collaboration avec les Universités du Québec à Chicoutimi (UQAC), à Rimouski (UQAR) et en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), joignent leurs efforts pour développer une plateforme collaborative qui permettra l’identification et l’appropriation des meilleures pratiques d’organisation des services de proximité en région ainsi que le développement d’approches novatrices. Une initiative unique au Québec.

La nouvelle entente poursuit l’action menée par trois régions de l’Est-du-Québec, connue sous le nom de InterEst Santé. Elle élargit les retombées à un plus grand nombre de régions et enrichit son offre de service. La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean s’est d’ailleurs jointe tout récemment au groupe.

« En consolidant notre expertise, les outils développés soutiennent les gestionnaires et les professionnels dans leurs efforts constants à améliorer les services et à offrir un meilleur accès pour les usagers et leurs proches », explique Isabelle Malo, PDG du CISSS du Bas-Saint-Laurent.

La structuration de la plateforme est complétée à 70%. Elle devrait être terminée au cours de l’hiver 2020. Elle proposera des stratégies et des outils à l’attention des décideurs et des professionnels de la santé et des services sociaux. « À travers l’établissement d’un réel dialogue entre le milieu de la santé et le milieu universitaire, elle s’appuie sur une méthode reconnue de courtage de connaissances qui sert à identifier les connaissances de pointe et à favoriser leur appropriation, de même qu’à susciter l’avancement des connaissances et l’innovation », précise François Deschênes, Vice-recteur à la formation et à la recherche de l’UQAR.

Commentaires

25 octobre 2019

steeve

De grâce améliorer la qualité de la nourriture au CHRR. Ce n'est vraiment pas bon et le mot est faible.

25 octobre 2019

Gaétan Morissette

Oui je suis complètement d'accord car j'ai été témoin de cela avec 2 pers.il y à 3 à 4 ans et rien ne change,la nourriture prenait le bord de la poubelle.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média