Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

27 novembre 2019

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

L’incubateur jeunesse Mistr’art voit grand

École du Mistral

mistrart

©Gracieuseté - CIA Mistral

Plusieurs partenaires étaient présents lors du lancement officiel du projet de création artistique de l’incubateur Mistr’art, mardi, à l’école du Mistral de Mont-Joli.

Né d’une volonté de développer la culture et l’entrepreneuriat en plus de valoriser la persévérance scolaire chez des élèves de l’école du Mistral de Mont-Joli, l’incubateur jeunesse Mistr’art lance une campagne de sociofinancement dans le but de poursuivre sa mission à travers des expériences uniques pour les jeunes.

Mistr’art est une entreprise jeunesse, entièrement créée et administrée par les élèves inscrits au programme d’arts. L’initiative permet d’exploiter, en complémentarité, les forces de chacun des participants. De la création à la mise en marché, en passant par la production et la promotion, chaque élève met à profit ses compétences. Des rennes de bois, des coupes à vin et des bonhommes de neige peints à la main ont jusqu’ici été confectionnés et mis en vente. D’autres produits s’ajouteront à la liste dès janvier.

« Nos partenaires financiers sont heureux de valoriser l’entrepreneuriat. En tant qu’enseignante, je suis contente de valoriser la persévérance scolaire. La direction de l’école y trouve aussi son compte puisque le département des arts devient une entité à vocation entrepreneuriale et artistique », constate l’enseignante en arts à l’école du Mistral, Bianca Gagnon.

Objectif : 25 500 $

Mistrart

©Gracieuseté - CIA Mistral

Les élèves de l'incubateur Mistr'art ont confectionné et mis en vente différents produits, dont des coupes à vin.

L’entreprise jeunesse a lancé mardi une campagne de sociofinancement, via le site La Ruche, dans le but d’amasser 25 500 $ d’ici le 19 décembre. Cette campagne permettra à l’incubateur jeunesse d’acquérir du matériel pour la production d’œuvres, d’assumer des frais de déplacement pour des voyages culturels, d’inviter des artistes et partenaires d’affaires et de créer une boutique/galerie d’art mobile. Le projet se déroule sur un horizon de trois ans afin d’assurer la pérennité du financement, mais Mistr’art est là pour rester, assure Bianca Gagnon.

Mistr’art a d’ailleurs obtenu le feu vert pour la réalisation d’un échange étudiant à valeur entrepreneuriale et artistique à Toronto, dans l’année scolaire en cours. « Nous allons pouvoir visiter mes musées et des entreprises là-bas. On part au mois de mai, mais on reçoit des élèves en février. Le projet est chapeauté par YMCA. Ce ne sont que de bonnes nouvelles », souligne Mme Gagnon.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média