Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 décembre 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Un terrain en vue pour le refuge pour animaux sauvages du Havre de la Faune

Claudia PArent

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Claudia Parent estime qu’il est non seulement possible, mais souhaitable de bâtir un refuge pour animaux sauvages, qui n’existe pas dans la région.

La Fabiennoise Claudia Parent, déterminée à monter un refuge pour animaux sauvages dans la région, indique avoir un terrain en vue à Saint-Valérien pour y implanter son refuge.

Claudia Parent explique que son projet de Havre de la faune avance bien, même s'il reste beaucoup de chemin à parcourir : « On est maintenant immatriculé comme organisme à but non lucratif, et on va commencer la recherche de financement pour l'achat du terrain et des bâtiments après les Fêtes. »

Mme Parent avait lancé un appel à tous il y a quelques mois afin de trouver un terrain assez grand (20 hectares) qui pourrait abriter son refuge et se trouvant à moins de 10 km de Rimouski. « Nous avons un terrain en vue à Saint-Valérien, qui serait un super endroit. Et étant donné qu'il y a déjà des bâtiments dessus, ça diminuerait pas mal le coût du projet, ce qui est une très bonne nouvelle, se réjouit-elle, mais nous devons quand même trouver environ 650 000 $, ce qui n'est pas gagné. »

Claudia PArent

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Le bébé orignal, Moosseline, un des animaux qui se trouve sous bonne garde chez Mme Parent.

Claudia PArent

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

MMe Parent a hébergé et nourri plusieurs bébés ratons laveurs orphelins avant les relâcher dans la nature.

Souper-bénéfice

À ce titre, le Havre de la Faune vient d’achever sa campagne de financement participatif sur la plateforme La Ruche BSL avec succès. La jeune femme avait l’ambition de récolter 5 000 $ afin de pouvoir continuer à nourrir et soigner les orphelins qu'elle héberge pendant l'hiver à Saint-Fabien, en attendant de pouvoir ouvrir son refuge. La campagne lui a permis d’amasser 6 105 $.

Afin de poursuivre la collecte de fonds, un souper-bénéfice pour le Havre de la Faune est organisé demain (vendredi) 13 décembre, en formule 5 à 7, suivi d’une soirée avec chansonnier, à La P’tite Grenouille de Rimouski. Pour réservations ou informations : Claudia Parent au 418-732-4232.

Financement

Du côté du financement, Mme Parent indique qu’elle souhaite commencer par faire une demande de subvention au Fonds d'appui au rayonnement des régions (FARR) et à Tourisme Québec. « On a besoin d'au moins 100 000 $ en subvention pour pouvoir démarrer le projet avec ouverture au public. Si on ne l'a pas, on se réessayera l'année suivante. En attendant, ça demeurera privé sur la fermette où se trouvent les animaux actuellement. »

Pour le reste, elle compte solliciter des partenaires financiers pour amasser 100 000 $ en commandites : « On va vendre des cartes de membres, on va poursuivre nos campagnes de financement et organiser des activités-bénéfices, on vise à amasser 10 000 $ en dons du public. Nous comptons également emprunter la balance et rembourser le prêt avec le prix des entrées des visiteurs sur le site, la vente d'objets souvenirs, de nourriture, de cartes de membres annuelles et des activités-bénéfices dans les années à venir. »

Claudia PArent

©Adeline Mantyk - L'Avantage Rimouski

Une autre pensionnaire de Mme Parent, Léa la corneille, qui ne peut plus voler.

À 27 ans, spécialiste en psychologie et comportement équins, Claudia Parent se dit fermement motivée par ce projet, qui a pris naissance à la suite de péripéties avec une bernache du Canada blessée à Rimouski cet automne. Mme Parent avait alors constaté un manque d’infrastructures pour aider les animaux sauvages blessés ou abandonnés dans la région.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média