Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

13 décembre 2019

Alexandre D'Astous - adastous@lexismedia.ca

Alexandre Fournier passera six mois en prison introduction par effraction, méfait et harcèlement

« Maintenant je sais que les monstres existent », la victime

Alexandre Fournier

©Facebook

Alexandre Fournier

Alexandre Fournier, de Rimouski, a plaidé coupable, vendredi matin au palais de justice de Mont-Joli à des accusations d’introduction par effraction pour une commettre une infraction, en l’occurrence un méfait, de harcèlement et de deux bris d’engagement, le tout dans un contexte de violence conjugale.

Les événements se sont produits à 4 h 35 dans la nuit du 1er décembre à Rimouski. « Monsieur se présente chez la victime qui dort. Il allume la lumière de la chambre à coucher et lève la couverte en criant « Tu ne me réponds pas. C’est quoi ton esti de problème. Il donne des coups de poing dans la porte, arrache la porte, saisi un petit banc qu’il lance dans le miroir qui ne brise pas du premier coup. Il relance le banc et le miroir éclate. Il brise aussi un luminaire. La victime est terrorisée. Les policiers se présentent sur les lieux et trouvent la chambre en bordel. Les dommages sont évalués à 5 000 $ selon le rapport policier », relate le procureur de la Couronne, Me Thierry Pagé-Fortin.

La victime témoigne des conséquences du crime

La victime a tenu à se faire entendre sur les conséquences du crime. « Ce n’est pas facile à faire, mais j’espère que ça va me permettre de cheminer », a-t-elle déclaré en sanglotant. « Je suis angoissée, bouleversée, confuse et je n’ai plus le goût de rien. Je m’efforce de me rendre au travail, mais la concentration est impossible. J’ai peur, je suis crispée et j’ai le souffle court. Un collègue est entré dans mon bureau et je me suis retrouvé au sol en petite boule. Je ne me sens plus en sécurité chez moi. Mon chat a fait tomber un plat pendant que j’étais dans ma chambre et j’ai failli appeler le 911 avant de me convaincre d’aller voir. Je n’ai plus confiance en mon jugement après lui avoir fait confiance à lui. Maintenant, je sais que les monstres existent », déclare la femme de 43 ans.

Suggestion commune de sentence

Les procureurs de la Couronne, Thierry Pagé-Fortin et de la Défense, Caroline Bérubé, ont proposé, de manière commune, une peine de six mois de détention suivie d’une période de probation de trois ans. L’accusé devra aussi verser 1 500 $ au greffe du tribunal à l’acquis de la victime d’ici le 1er février 2021. Il lui sera interdit de consommer de l’alcool et de se trouver dans des bars pour la durée de la probation. La peine comprend également une interdiction d’armes de 10 ans ainsi qu’un prélèvement d’ADN pour analyse génétique.

Alexandre Fournier a des antécédents criminels pour des voies de fait dans un contexte de violence conjugale en 2017, de harcèlement en 2005 et de conduite avec les capacités affaiblies en 2003 et 2013. Lorsque la juge Andrée St-Pierre lui a demandé s’il avait quelque chose à ajouter avec le prononcé de la peine, l’accusé a dit qu’il aimerait s’excuser auprès de la victime.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média