Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

13 décembre 2019

Lettre ouverte au Réseau des Sports Étudiants du Québec

Pionnières en hockey féminin en division 2

Pionnières Hockey

©Facebook - Pionnières de Rimouski

Les Pionnières en hockey féminin.

À qui de droit,

Suite à la décision du RSEQ d’éliminer trois équipes du hockey féminin Division 1 pour créer une Division 2, nous aimerions vous faire voir la grossière incompétence ou insouciance dont il a été fait preuve.

Trop d’équipe dans la Division 1 ?  Talent dilué ?  

La division 1 compte actuellement 9 équipes.  Pour la saison 2020-2021, il n’en restera que 8 puisque le collège Lionel-Groulx a décidé d’abandonner cette offre de service dans son collège.  8 équipes dans une ligue, est-ce réellement trop avec pour conséquence de pour diluer le talent ? Selon le RSEQ, il n’y a pas suffisamment de filles dans le réseau midget pour amener un niveau de qualité aux 9 équipes de la Division 1.  Pourquoi le RSEQ ne met pas son énergie à promouvoir le hockey féminin et favoriser le réseau scolaire d’élite afin de populer le bassin pour le collégial ? À la place, le RSEQ décide de faire une ligue à 6 équipes et d’ouvrir une division 2.  

Baisser les équipes de 9 à 6 en Division 1 ?  

Le talent sera certainement plus concentré dans les années à venir, tellement concentré que les filles qui, cette année, jouent sur les premier et deuxième trios d’une équipe seront assises au bout du banc ou dans les estrades en tant que réservistes … beau développement!

Correction de 9 à 7 car l’équipe de Dawson, aurait contesté la décision du RSEQ d’être reléguée à la Division 2 et, suite à cette contestation, le RSEQ aurait décidé de les maintenir en Division 1.
Donc, au final, uniquement l’équipe du Cégep de Rimouski est rétrogradée en Division 2 sous prétexte que le bassin n’est pas assez grand pour populer une équipe de qualité …. Pourtant, malgré la grosseur de son bassin, l’équipe de Rimouski se trouve actuellement en 6e position tandis que l’équipe du Collège de Dawson, alors qu’elle jouit du bassin des grands centres pour populer son équipe, se trouve au dernier rang !

Division 2, viable au Québec ?

Le RSEQ est-il conscient de la réalité du hockey féminin au Québec ?

Il est évident que les filles de troisième année midget AA ou AAA, plutôt que d’aller dans une équipe de Division 2 et d’y être emprisonnées le reste de leur cursus scolaire, prendront la chance de poursuivre leur développement dans leur équipe midget respective et s’inscriront dans un cégep à proximitéD

Une Division 2 avec combien d’équipes : 3, 4, 5 ?  

Comment vendre aux futures collégiennes d’évoluer dans une division où elles ne joueront que contre les 3 ou 4 mêmes équipes pendant toute la saison ?  Belle saison en perspective!  

Pas assez de bassin local ou régional à Rimouski ?  

Les critères pour le D1 et le D2 sont les mêmes : 20% des joueuses doivent provenir de la région.  Pensez-vous que le recrutement sera plus facile dans la Division 2, que les filles se déracineront de leur région pour faire du “parascolaire”, pour une ligue non-compétitive qui ne leur permettra pas de continuer leur passion à l’université ?

Un drôle de ratio pour un réseau des sports étudiants du QUÉBEC … combien d’équipes anglophones vs francophone dans la ligue?

Installations sportives d’exception ?  

Aucune autre ville ou cégep n’offre des installations à la hauteur de celles de Rimouski.  Un aréna neuf, une chambre dédiée aux Pionnières, un PEPS, des entraîneurs de qualité, un suivi scolaire …

Équipe régionale éloignée ?  

Si les équipes de Division 1 (sport d’élite) se plaignent de déplacements occasionnels à Rimouski, croyez-vous vraiment que les équipes de Division 2 (parascolaire) seront plus enchantées et auront plus de budget pour se déplacer?  Soyons francs, les grands centres sont favorisés … encore! Les régions ne peuvent-elles pas se permettre d’avoir des équipes d’élites elles aussi ?

Imaginez si l’équipe de la LHJMQ le Rocket de Montréal refusait de jouer contre l’Océanique de Rimouski, ou si la ligue obligeait à Rimouski de dissoudre leur équipe ?  Ont-ils plus de bassin de recrutement que les équipes des grands centres ?

Le recrutement à l’extérieur de la province, une problématique ?  

Heureusement que le RSEQ n’est pas en charge de la ligue Hockey Junior Majeure du Québec, ou encore de la LNH!  Si des équipes comme Rimouski regardent au-delà de leur région pour trouver du talent et qu’ils l’importent dans le RSEQ… je n’ai qu’à dire BRAVO!  Et en plus, le RSEQ leur reproche.

Le classement dans la ligue pèse dans la décision ? 

Les Pionnières sont présentement 6e sur 9, pourquoi ne pas éliminer Dawson et Saint-Laurent qui se retrouvent au fond du classement ? 

Les programmes offerts dans les collèges ont-il été considérés ?  

Est-ce que le RSEQ a considéré les programmes offerts et la diversité pour choisir les collèges qui pourront avoir une équipe de Division 1 ? Par exemple, en éliminant Rimouski de la ligue, les filles qui veulent évoluer dans une équipe compétitive ne pourront plus étudier en technique policière puisque, avec le retrait volontaire de Lionel-Groulx, Rimouski était le seul cégep restant à offrir cette technique.  Uniquement dans l’équipe de Rimouski, 5 filles sont dans ce champ d’études, sans compter celles de Lionel-Groulx. Elles devront choisir leurs études et carrières en lien avec la sélection du RSEQ.

Le pire dans cette situation est la prise en otage des étudiantes qui se sont inscrites dans un collège pour leur développement, elles ont engagé des frais et investi du temps.  La grande majorité (comme dans tout sport d’élite) ont décidé d’étaler leurs études sur une année supplémentaire pour parfaire leur développement sportif. Aujourd’hui, en prenant cette décision sans réfléchir, le RSEQ crée un impact négatif et financier irréparable sur leur cheminement.  La gestion d’un changement de cette ampleur doit se faire sur plusieurs années… 

Une décision des grands décideurs de la grande ville …

Une personne paranoïaque, ce que nous ne sommes pas, pourrait penser que les gens de Montréal ne veulent pas se déplacer dans les régions !  Avec une raison comme “le bassin pas assez grand”, qui d’autre que les équipes de Montréal et les environs peut répondre à ce critère. Ce que le RSEQ oublie, c’est que le bassin du cégep de Rimouski n’est pas uniquement le Bas-St-Laurent, le bassin de Rimouski se constitue de toutes les “régions” du Québec.  Une fille qui provient d’une région n’aura plus d’autre choix que Montréal pour se développer dans sa passion. Est-ce à dire que les jeunes des régions sont nés pour un petit pain ??

Nous aimerions bien que le RSEQ rende public la lettre d’explication pour le déclassement des Pionnières de Rimouski en Division 2.  La lettre qui a été partagée à nos filles et qui commence avec une phrase semblable à « Ne pas copier, ne divulguez pas cette lettre aux joueuses et/ou parents … ».

Vous comprendrez que cette lettre sera une lettre sans signature, nous ne voudrions pas brimer ou altérer votre opinion à l’égard de nos filles.  Nous souhaitons que le RSEQ révise sa décision, parle publiquement et assume sa décision, comme nous éduquons nos filles à prendre leurs responsabilités.   

Des parents déconcertés par la décision du RSEQ

Commentaires

14 décembre 2019

steeve

Elles ne sont pas bonne pour êtres en division 1 alors la division 2 est la plus logique. Le choix ne se repose pas sur des installations mais sur des performances. Cessez de vous plaindre.

15 décembre 2019

Eric Petelle

Es ce nouveau de favoriser des collèges de réputation comme dawson ou st Laurent. Encore des décisions erronés qui vont nuire aux futures de nos filles :( . Ça sent pas bon . Cela prendrait une vérification de quelqu un de l extérieur pour évaluer la situation. La transparence c est tout . Restons forts et fortes :) Bonne fin de saison aux filles de Rimouski

15 décembre 2019

Marie

Le collège a juste à fermer l'équipe. Ce n'est pas plus grave que ça. Ça coûte combien cette histoire ? Un collège c'est fait pour étudier.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média