Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 janvier 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Les logements locatifs se font de plus en plus rares à Rimouski

PÉNURIE DE LOGEMENTS

Rimouski hiver

©Photo Archives

Les plus récentes données démontrent qu'il y a de moins en moins de logements disponibles pour la location à Rimouski,

La pénurie de logements atteint peu à peu Rimouski alors que le taux d'inoccupation est passé de 3,7 % à 2,6 % en l'espace d'une année.

Ces données révélées par la Société canadienne d'hypothèques et de logement démontrent une tendance nationale alors que les grandes villes comme Montréal et Québec affichent respectivement des taux d'inoccupation de 1,5 % et 2, 4 %. À l'échelle provinciale, le chiffre s'établit à 1,8 %.

À l'échelle locale, le taux d'inoccupation de 2,6 % à Rimouski n'est pas encore considéré comme étant critique mais la tendance à la baisse mérite qu'on s'y attarde sérieusement, selon Guy Labonté du Comité Logement Rimouski-Neigette. « Nous sommes passés de plus de 5 % à 2,6 % en l'espace de cinq ans. C'est inquiétant puisque la situation ne semble pas vouloir s'améliorer et nous attendons toujours la concrétisation des stratégies gouvernementales autant au niveau provincial que fédéral pour faire face à cette pénurie de logements. »

Dans le secteur de Rimouski, les logements de type 3 ½ sont particulièrement rares alors qu'on dénote un taux d'inoccupation d'à peine 1,9 %. « Le problème auquel nous faisons face est d'autant plus important puisque les logements vieillissent mal. Si on prend un 4 ½ dont le prix moyen est de 680 $ par mois, les locataires doivent s'attendre à du bas de gamme qui sont mal isolés ou mal insonorisés », explique Guy Labonté.

Guy Labonté

©Photo Archives - L'Avantage Rimouski

Le taux d’inoccupation qui se situe maintenant à 2,6 % comparativement à 3,7 % l’an dernier inquiète Guy Labonté du Comité Logement Rimouski-Neigette.

Conséquemment, les gens à faible revenu se retrouvent désavantagés puisque les propriétaires peuvent se permettre d'être davantage sélectifs lorsque leurs logements sont convoités. « C'est certain qu'un locataire qui a déjà eu un retard de paiement dans le passé part en situation de désavantage. De plus, un propriétaire est dans son droit de faire une enquête de crédit sur un éventuel locataire. Il faut donc avoir un historique impeccable si on veut espérer mettre la main sur un bon logement », poursuit le coordonnateur du Comité Logement Rimouski-Neigette.

D'ailleurs, un autre point défendu par l'organisme représenté par Guy Labonté est la création d'un registre des loyers afin de suivre l'évolution des hausses et s'assurer que celles-ci soient conformes aux règlements en vigueur. « Même s'il existe des contestations possibles à la Régie du logement, parfois les délais peuvent atteindre un an et demi. Et n'oublions pas qu'un locataire qui doit vivre une audience pour la première fois est souvent moins bien préparé qu'un propriétaire qui est habitué à ce type de procédure. »

La solution pour pallier au nombre décroissant de logements disponibles à Rimouski passe par deux voies selon Guy Labonté. « Ça prend une intervention gouvernementale pour les logements sociaux. C'est d'ailleurs pour faire avance ce dossier que nous irons manifester à Québec. D'une autre part, ça prend de nouvelles constructions par des promoteurs privés. »

En conclusion, Guy Labonté recommande aux locataires de bien réfléchir avant de déménager le 1er juillet prochain puisque rien ne garantit qu'ils trouveront mieux que ce qu'ils ont en ce moment, spécialement dans un contexte où Rimouski attire de plus en plus de nouveaux arrivants. Selon l'Institut de la Statistique du Québec, la population rimouskoise est croissance depuis les 20 dernières années alors qu'elle est passée de 45 286 habitants en 2001 à 49 507 en 2019.

  Taux d'inoccupation des appartements privés (en %)  
  Studios 1 chambre 2 chambres 3 chambres + Tous les logements
  2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019
Gaspé 12,6 4,9 0,0 0,0 7,7 2,1 1,2 2,4 4,7 1,9 0,9 0,3 3,7 0,0 2,4 3,4 5,7 1,7 1,2 1,5
Les Îles x x x 0 5,6 0,8 1,1 3,0 3,4 0,6 x 1,3 0,0 x 0,0 0,0 4,1 0,6 1,4 1,9
Matane x 7,0 7,1 3,8 9,6 7,0 3,4 5,1 5,5 5,2 3,6 1,6 4,3 6,9 1,8 0,0 6,8 6,2 3,6 2,8
Rimouski x x x x 5,0 5,2 3,7 1,9 4,7 1,3 3,0 x x x 4,4 x 4,9 4,0 3,7 2,6
RDL x 7,8 x 2,6 6,9 4,1 3,2 4,3 4,6 2,4 1,0 0,9 9,6 4,1 3,1 3,1 6,0 3,2 1,8 1,8
                                         
  Nombre d'appartements privés  
  Studios 1 chambre 2 chambres 3 chambres + Tous les logements
  2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019 2016 2017 2018 2019
Gaspé 26 26 26 28 240 249 245 252 410 382 387 392 136 140 132 141 812 797 790 813
Les Îles 2 3 3 4 116 122 122 121 231 206 210 197 12 12 13 14 361 343 348 336
Matane 142 139 139 139 479 482 475 474 620 619 624 675 191 191 189 137 1 432 1 431 1 427 1 425
Rimouski 581 592 587 601 1 508 1 519 1 543 1 546 4 148 3 921 4 023 3 888 774 787 799 803 7 011 6 819 6 952 6 838
RDL 158 164 163 165 538 523 521 523 1 761 1 758 1 782 1 762 354 368 375 372 2 811 2 813 2 840 2 822
* Données recueillies en octobre  

Commentaires

19 janvier 2020

Nicole Brisson

Bonjour, c'est vrai et c'est injuste pour certaines gens. Ceux dans ma tranche d'âge (60) qui ont travaillé pendant 30 à 35 ans, qui ont payé des impôts, du régime de pension pendant toute leur vie , nous sommes dépourvus maintenant, on a pas la retraite de 65 ans, donc on fait partie des pauvres qui ne peuvent pas se payer un petit logement à notre goût et à nos moyens,,,,, Tandis que d'autres gens qui n'ont rien fait pour la société , même les jeunes aptes à travailler, bénéficient de ce qui devrait nous revenir en partie du moins. Même moi, j'ai de la difficulté à trouver un logement dans mes moyens, même un 2 et demi coûte une fortune. Les proprios ont le pouvoir, comme d'habitude.... c'est démoralisant.

19 janvier 2020

PIERRE MARCHAND

Je crois qu'il est ''normal'' que le taux d'inoccupation soit à la baisse puisque plusieurs édifices à logements ont été construits depuis quelques années à Rimouski, notamment dans le secteur de la ''Cité des achats'' et dans d’autres secteurs de la ville. Pour les propriétaires, c’est beaucoup plus facile de louer des logements rénovés que des logements vétustes. Plusieurs logements n’étaient pas loués en raison de leur état, mais aujourd’hui les locataires cherchent des logements de meilleure qualité et y demeurent longtemps. Plusieurs propriétaires rénovent leurs logements, ce qui est très avantageux pour les locataires. Et surtout, arrêtons donc de se fier au gouvernement pour avoir de nouveaux logements; c’est encore une fois les travailleurs qui payons pour les autres…

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média