Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

17 janvier 2020

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Des projets de construction pourraient bientôt obtenir le feu vert dans La Mitis

Bruno Paradis

©Jean-Philippe Langlais - L'Avantage Rimouski

Le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis.

La MRC de La Mitis s’attend à un dénouement favorable du processus de demande à portée collective présentée auprès de la Commission du territoire agricole du Québec (CPTAQ), dans le but d’autoriser l’implantation de nouvelles utilisations résidentielles en zone agricole.

Des projets résidentiels se trouvant dans des îlots déstructurés de plusieurs localités mitissiennes sont  en attente d’un feu vert pour aller de l’avant. Les dirigeants de la MRC ont rencontré, le 11 décembre, deux commissaires de la CPTAQ, qui ont eu l’occasion de visiter des îlots déstructurés dans La Mitis en compagnie de représentants de l’Union des producteurs agricoles (UPA) et du ministère des Affaires municipales. L’exercice laisse le préfet de la MRC de La Mitis optimiste pour la suite des choses.

« Ce fut une très belle rencontre, où chacun a pu comprendre la réalité de l’autre. À la suite de cet exercice, on leur a demandé rapidement d’avoir un rapport parce qu’on voulait tout de suite passer à autre chose. On travaille ce dossier depuis 2016. Et avant le temps des Fêtes, on a eu un rapport préliminaire qui témoignait un accord avec l’ensemble de nos propositions. On doit faire passer des résolutions dans chacun des conseils municipaux et faire un avis de motion pour un règlement intérimaire. On s’attend d’avoir une réponse finale au printemps », indique Bruno Paradis.

La demande à portée collective se veut une solution de rechange durable au traitement « à la pièce » des demandes d’autorisation. Le feu vert de la CPTAQ pour ce type de démarche viendra faciliter le travail de ceux qui souhaitent développer des projets résidentiels aux endroits concernés. Pour la seule municipalité de Saint-Joseph-de-Lepage, deux ou trois projets sont en attente.

« Normalement, d’ici l’été, les gens qui auraient eu à entreprendre une démarche auprès de la CPTAQ concernant les îlots déstructurés ou certains terrains agroforestiers pourront simplement demander un permis municipal. C’est énorme comme différence. On parle de beaucoup moins de frais et des délais de traitement plus rapides », décrit M. Paradis.

Lorsque la demande à portée collective sera acceptée officiellement, la MRC prévoit entreprendre des discussions avec l’UPA sur un aspect du dossier qui concerne les fermes de plus petite dimension.

Commentaires

17 janvier 2020

Nestor Turcotte

Du dynamisme, c'est cela !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média