Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

20 janvier 2020

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

La Débrouille souhaite amasser 100 000 $ pour ses 35 ans

Débrouille

©Jean-Philippe Langlais - L'Avantage Rimouski

La présidente du conseil d’administration de La Débrouille, Alexsandrine Richard, en compagnie des coordonnatrices cogestionnaires, Geneviève Lévesque et Marie Beauchesne.

L’organisme La Débrouille, qui célèbre cette année ses 35 ans, lance une campagne de financement avec l’objectif d’amasser 100 000 $ dans le but de poursuivre sa mission d’aide auprès des femmes et enfants victimes de violence conjugale.

Cette campagne se déroule dans un contexte où les services de l’organisme sont de plus en plus sollicités. La Débrouille, qui couvre le territoire de Rimouski-Neigette et de La Mitis, doit aussi relever des défis en matière de financement. Le Regroupement des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale, dont fait partie La Débrouille, entreprend des démarches auprès du gouvernement du Québec afin de rehausser le financement qui n’a pas été revu depuis 2004.

Au cours des 35 dernières années, La Débrouille a hébergé plus de 4 000 femmes et enfants victimes de violence conjugale. Chaque année, entre 180 et 225 personnes y trouvent refuge. Pour La Débrouille, le manque à gagner annuel s’élève à 400 000 $. Selon l’organisme, une maison de 15 places comme celle de La Débrouille devrait fonctionner avec un budget de 1,2 M$, mais ne reçoit que 800 000 $ en subventions. Les dons s’effectuent via le site Internet de l’organisme.

« On donne le grand coup cette année à l’occasion de notre 35e anniversaire. La dernière fois que nous avons sollicité la population, c’était pour agrandir une partie de notre maison. Peut-être que pour les prochaines années, en raison de nos besoins récurrents de financement, on devra être plus présentes pour solliciter de l’aide », explique la coordonnatrice cogestionnaire de La Débrouille, Marie Beauchesne.

Le 35e anniversaire de La Débrouille vient également avec le lancement de trois capsules vidéo de sensibilisation, intitulées « C’est possible de vivre sans violence ». Produites par la firme Paysage, ces capsules en ligne présentent les témoignages d’anciennes utilisatrices de La Débrouille, de travailleuses et de femmes issues de toutes les origines.

« Nous voulons que les femmes, mais aussi leurs proches, leurs amis, sachent que nous existons, que la violence est inacceptable et que nous pouvons aider les victimes à y mettre fin et à reprendre du pouvoir sur leur vie, comme nous avons pu le faire avec les femmes qui témoignent dans les vidéos » indique la coordonnatrice cogestionnaire de La Débrouille, Geneviève Lévesque.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média