Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 février 2020

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Des projets piétinent en raison de délais trop longs

Autorisations environnementales

Marc Parent

©Archives - L'Avantage Rimouski

Le maire de Rimouski, Marc Parent, dénonce les trop longs délais d’émission d’autorisations environnementales relativement à un important projet de réfection de conduite d’amenée d’eau.

La Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) se dit inquiète par les délais qui s’accumulent dans plusieurs dossiers relevant de la direction régionale du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Constatant que plusieurs demandes d’émission de certificats d’autorisation traînaient en longueur, les élus municipaux du Bas-Saint-Laurent ont recensé les différents dossiers problématiques sur le territoire. Ils déplorent que cette attente entraîne des délais importants dans la réalisation de travaux. Le projet de réfection d’une conduite d’amenée d’eau qui sécurise l’approvisionnement des citoyens de Rimouski et de Saint-Anaclet-de-Lessard est l’un des cas les plus préoccupants. Les délais s’étirent depuis deux ans.

« Cette conduite garantit l’approvisionnement en eau brute pour plus de 50 000 personnes en cas de rupture de l’amenée principale, et elle date de 1937. Nous tentons d’être préventifs, mais les délais s’éternisent et, deux ans après avoir déposé notre demande initiale, nous sommes toujours en attente du certificat d’autorisation. Ça commence à devenir inquiétant, cette incapacité à respecter le délai de 75 jours que le ministère s’est lui-même imposé », dénonce le maire de Rimouski, Marc Parent.

La TREMBSL souligne que dans les faits, peu de dossiers sont réglés dans les temps, ce qui oblige les municipalités à repousser les travaux de plusieurs mois, ou encore à les suspendre jusqu’au printemps. « Il y a des coûts associés à cela pour les citoyens et citoyennes du Bas-Saint-Laurent. Nous invitons le ministre (Benoit) Charette à se pencher sur cette situation qui semble particulièrement problématique dans notre région et à venir nous rencontrer pour trouver des solutions. Les élus du Bas-Saint-Laurent sont soucieux de la qualité de leur environnement et ne cherchent surtout pas de passe-droit : ils offrent leur expertise et leur pleine collaboration au ministre pour en arriver à traiter les dossiers dans les délais qui sont identifiés par son ministère », mentionne le président de la TREMBSL, Michel Lagacé.

Commentaires

6 février 2020

Gervais Fillion

Le top des exemples s est le Prolongement de la 20 vers Rimouski ,,,c'est d'une foutaise incroyable

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média