Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

14 février 2020

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Des parents envoient un message clair à Québec

Places en garderie

Places en garderie

©Jean-Philippe Langlais - L'Avantage Rimouski

À la recherche active d’une place en service de garde pour leur enfant, Anne-Marie Pineault et Rachel Saint-Pierre témoignent de leur réalité sous l’œil attentif du député de Rimouski, Harold LeBel.

Plusieurs dizaines de parents accompagnés de leurs enfants ont participé, cet après-midi à Maison des familles de Rimouski, à une mobilisation afin de démontrer au gouvernement du Québec l’urgence de déployer des places supplémentaires en services de garde.

Les parents présents ont voulu démontrer la difficulté de trouver une place en garderie pour leur enfant. Certains vivent des périodes d’angoisse, voyant leur congé parental tirer à leur fin.

« Je suis déjà sur les horaires pour le mois de mars. Je dois retourner travail. Étant médecin spécialiste en urologie, je m’occupe de 1 300 patients en suivi régulier, que je peux voir plusieurs fois par année. J’ai d’innombrables consultations, je suis sur les gardes régionales. Il y a aussi une raison socioéconomique importante. La situation actuelle accroît le manque de main-d’œuvre. Je me demande vraiment quelles sont mes options maintenant », témoigne une mère, Rachel Saint-Pierre.

Valoriser la profession d’éducatrice

Dans la région de Rimouski, la liste d’attente centralisée Place 0-5 compte de 500 à 700 noms, selon les secteurs. Là-dessus, on dénombre environ 200 poupons (0-18 mois). Non seulement le manque de place affecte de nombreux parents de Rimouski et les environs, mais le manque d’éducatrice est aussi criant.

« Il y a cinq ans, on avait 160 milieux familiaux. Il en reste aujourd’hui autour de 110. Jusqu’à 50 responsables de services de garde ont décidé de fermer et ça crée une pénurie. On a autour de 300 places qui dorment. Il nous manque seulement des personnes qui souhaitent ouvrir une garderie chez elles. Ces places existent, elles sont subventionnées, mais on n’a personne à qui les attribuer », précise le directeur général du centre de la petite enfance (CPE) L’Aurore boréale (bureau coordonnateur), Simon Dufresne.

Se montrant sensible à la réalité des parents toujours à la recherche de places, le député de Rimouski Harold LeBel entend interpeler le ministre de la Famille Mathieu Lacombe sur la question. Il souhaite que le ministère puisse optimiser les CPE existants en ajoutant des places, accélérer les projets de nouvelles places et valoriser le travail des ressources en place. M. LeBel remettra les quelque 150 lettres reçues de parents directement au ministre.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média