Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Opinion

Retour

26 février 2020

Programme Jazz-Pop de Rimouski : le contexte d’un succès unique

LETTRE D’OPINION

Formation Jazz-Pop au Cégep de Rimouski.

©Photo : Facebook

Le programme préuniversitaire Musique (501.A0) orientation Jazz-Pop offert au Cégep de Rimouski.

Depuis 2010, à la suite d’une demande unanime du milieu, une entente fut signée entre le Cégep de Rimouski et le Conservatoire de musique de Rimouski. Celle-ci permet depuis lors d’offrir le programme préuniversitaire Musique (501.A0) orientation Jazz-Pop, au Cégep de Rimouski.

Ce programme de formation collégiale a permis une synergie exceptionnelle entre l’École de musique du Bas-Saint-Laurent, le Festi-Jazz international de Rimouski, le Cégep et le Conservatoire de musique. Le personnel qui assure la formation en jazz est hautement qualifié et plusieurs des professeurs impliqués mènent une carrière très active sur le plan national et même international.

Du Félix de l’album Jazz de l’année, au Prix Opus pour l’album jazz de l’année en passant par les concerts sur les cinq continents, nos professeurs se distinguent et font honneur à notre région. Il faut également mentionner que la présence du 2e plus ancien festival international de jazz du Québec qui se déroule depuis maintenant 34 ans à Rimouski aura laissé des traces dans la culture musicale de notre milieu. Pour l’année 2019-2020, c’est plus de 40 étudiants en jazz qui fréquentent le Conservatoire de musique pour y recevoir leur formation. Ce nombre augmente de près de 60 % les effectifs étudiants de l’établissement et contribue grandement au dynamisme de notre Conservatoire. Plusieurs anciens étudiants sont maintenant diplômés de l’Université de Montréal, de l’UQAM, McGill, Laval, Concordia ou de l’Université de Sherbrooke. Ceci témoigne bien de l’atteinte des objectifs et du rayonnement exceptionnel démontré par le programme Jazz-Pop de Rimouski.

Le revers de la médaille

Cependant, tout n’est pas rose pour les gens qui, par leur enseignement, assurent le succès de ce programme.

Ainsi, en 2015, après cinq années au cours desquelles les professeurs furent considérés comme travailleurs autonomes, le Conseil du Trésor a demandé au Conservatoire de salarier ces professeurs afin de corriger cette situation épineuse face aux normes du travail. Or les termes d’une lettre d’entente instaurée au terme de pourparlers ardus ont réellement donné l’impression aux professeurs d’être considérés comme des professeurs de seconde zone face aux professeurs du secteur classique du Conservatoire.

En effet, ils ne bénéficient ni des conditions salariales ni de la quasi-totalité des clauses de la convention collective de leurs collègues. Il s’agit là d’une iniquité évidente qui perdure depuis quatre ans, et qui doit être corrigée au plus tôt. Est-ce à dire qu’un professeur de Jazz-Pop vaut moins qu’un professeur de classique? De plus, les professeurs du Jazz-Pop, bien qu’étant rémunérés sur trente semaines par année, travaillent fréquemment en dehors de ces périodes, ceci dans le but d’assurer à la fois le fonctionnement optimal, le rayonnement et le recrutement du programme.

Loin de reconnaître ce travail bénévole, le Conservatoire, dans un document présenté en négociation, nie l’existence même de ce travail. Un programme inéquitable pour ses professeurs et souvent en péril. Ce programme Jazz-Pop a souvent été remis en question par le Conservatoire, soi-disant pour des raisons de rentabilité. Or le programme est financé par le Cégep de Rimouski qui défraie notamment le coût des salaires des professeurs. Bien que n’ayant jamais eu accès au détail des chiffres, nous croyons que les professeurs ne reçoivent pas leur dû de ces sommes. Il y a quelques années, le Conservatoire a voulu fermer les conservatoires de région. Les milieux concernés, notamment celui de Rimouski, se sont battus pour les sauver et ont gagné. Un nouveau conseil d’administration a été mis en place au Conservatoire, présidé par madame Marie-France Maheu, bien connue à Rimouski, avec comme mandat de préserver l’aspect régional du Conservatoire et de favoriser les partenariats.

Pourquoi alors avoir remis en question périodiquement ce programme exemplaire sous tous les aspects et traiter d’une manière inéquitable les professeurs qui l’enseignent ?

Que veut-on ?

Nous voulons d’abord que le Conservatoire reconnaisse le rôle incontournable du programme Jazz-Pop dans l’enrichissement du milieu culturel de tout le Bas-Saint-Laurent. En d’autres termes, nous voulons qu’il affirme que ce programme est là pour durer. Nous voulons également que le Conservatoire reconnaisse que les professeurs du Jazz-Pop ne sont pas présentement traités équitablement face à leurs collègues du classique, et que cette situation doit être corrigée dès cette année, comme le Conservatoire s’était engagé à le faire en cours de négociation, soit le printemps dernier. Même si le Conservatoire s’engage à intégrer ces professeurs pour l’année 2020-2021, ceux-ci ont tellement attendu qu’ils doivent avoir dès maintenant la reconnaissance et les conditions qu’ils méritent, tel que promis et tel qu’il est juste.

Steeve St-Pierre, président de la section locale de Rimouski du SPEQ Marc Fortier, représentant du réseau des conservatoires au Conseil exécutif du SPEQ Jean Vallières, président du SPEQ.

Commentaires

27 février 2020

LISE MARTIN

Ayant un neveu Finissant du Programme Jazz-Pop il y a quelques années. Je suis tout à fait d'accord que ce programme intéresse déjà beaucoup et est enseigné par d'excellents professeurs. Il est donc important pour l'AVENIR DE LA MUSIQUE, que le Cegep de Rimouski et le Conservatoire reconnaissent ces enseignants. Tout le Québec en bénifiera.

5 mars 2020

Jean-Pierre Roger, professeur retraité, UQAR

La situation décrite dans cet article illustre clairement des dysfonctionnements notables sur le plan de la cohérence, de la transparence et de l'équité des pratiques de gestion des personnes au sein de cet organisme voué au développement des talents musicaux en région. Ces lacunes devraient en effet être comblées sans tarder, dans le respect de saines pratiques de gestion.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média