Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

11 mars 2020

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

Une usine pilote de transformation du lin s’installe dans La Mitis

Lin

©Pixabay

Déjà productrice de lin, la région pourra bientôt transformer cette ressource.

La MRC de La Mitis confirme l’implantation prochaine d’une usine pilote de transformation du lin sur son territoire.

Les seuls équipements disponibles au Québec pour la transformation de la paille de lin, qui appartiennent au Conseil national de recherches Canada, seront installés dans la région. Ce projet se concrétise avec l’apport financier du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec. Des partenaires comme la Coop Purdel et l’Union des producteurs agricoles du Bas-Saint-Laurent se greffent à l’initiative. Une entente a aussi été signée avec le Centre de formation professionnelle Mont-Joli – Mitis pour installer ces équipements à sa ferme-école.

« La MRC agit comme facilitateur afin d’outiller ses partenaires pour diversifier l’agriculture, pour que le milieu agricole puisse développer ce nouveau créneau. Notre conseiller au développement agroalimentaire, Jonathan Ferté, travaille activement avec eux dans ce sens. Quand on parle d’environnement, La Mitis est souvent pionnière. Ce projet la place comme leader de la recherche dans la filière du lin en étant la seule région du Québec à avoir son usine pilote », souligne le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis.

Matériaux naturels

L’usine pilote servira notamment à réaliser des essais de défibrage du lin dans le but de l’utiliser dans la fabrication de biomatériaux, soit des matériaux composés de substances naturelles renouvelables. La fibre de lin est très solide, et en plus, elle est organique. Le lin pourrait donc être utilisé en remplacement de matériaux synthétiques, dans des isolants par exemple.

« La production de lin est déjà présente dans la région. C’est une culture payante pour le grain. Avec la transformation de la paille, cette culture pourrait devenir encore plus intéressante. Ce projet va donc permettre de tester concrètement le potentiel commercial de la fibre de lin, en cette période où le marché des fibres naturelles est en pleine expansion », rappelle Jonathan Ferté.

Commentaires

21 avril 2020

Roselyne Escarras

Bravo, c'est une belle initiative !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média