Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 mars 2020

Jean-Philippe Langlais - jplanglais@lexismedia.ca

La découverte d’un professeur de l’UQAR publiée dans la revue Nature

Science

Richard Cloutier

©Gracieuseté - Stéphane Lizotte, UQAR

Le professeur en biologie de l’UQAR, Richard Cloutier, voit l’une de ses découvertes publiée dans la prestigieuse revue Nature.

La prestigieuse revue scientifique Nature vient de publier un article sur les travaux de recherche dirigés par le professeur à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), Richard Cloutier.

La recherche porte sur l’évolution des poissons en tétrapodes, soit les vertébrés dotés de quatre membres. La découverte du professeur Cloutier a un retentissement international, puisque la publication d’un article dans la revue Nature représente un accomplissement important dans la carrière de tout scientifique.

L’évolution des poissons en tétrapodes a été l’une des transformations les plus importantes dans l’histoire des vertébrés. Remontant à il y a 380 millions d’années, celle-ci leur a permis de quitter l’eau pour conquérir la terre ferme. « Afin d’accomplir cette transition, plusieurs innovations anatomiques ont été nécessaires. L’une des plus significatives fut l’apparition des mains permettant à ces tétrapodes de pouvoir marcher plutôt que de nager », explique M. Cloutier.

C’est en analysant plusieurs fossiles de poissons et de tétrapodes datant de 393 à 359 millions d’années que le professeur en biologie de l’UQAR et son équipe ont pu déchiffrer les changements évolutifs permettant à une nageoire de devenir une patte. En plus de fossiles provenant de la Lettonie et du Nunavut, l’équipe de Richard Cloutier a étudié en détail l’Elpistostege watsoni découvert en 2010 au parc national de Miguasha (Sépaq), en Gaspésie.

La présence d’un bras, d’un avant-bras, de rangées de carpes et de phalanges organisées en doigts dans le squelette de la nageoire pectorale de l’Elpistostege a été révélée grâce à la tomodensitométrie à haute énergie (CT-scan). « C’est la première fois que l’on découvre de manière sans équivoque des doigts enfermés dans une nageoire avec des rayons. Cela représente l’arrangement d’os le plus semblable à un tétrapode trouvé dans une nageoire pectorale », explique le professeur Cloutier.

L’article publié est intitulé « Elpistostege and the origin of the vertebrate hand ». Il est signé du professeur Cloutier et de ses collègues John A. Long, Alice Clement et Mike Lee, de l’Université Flinders en Australie, et des diplômés à la maîtrise en biologie Isabelle Béchard, Roxanne Noël et Vincent Roy.

Commentaires

23 mars 2020

Martin Leduc

Bravo professeur, nous sommes fiers de vos accomplissements.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média