Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

03 avril 2020

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

Rimouski fait le point sur le processus de redécoupage électoral

REPORT DES ÉCHÉANCIERS

Le maire Marc Parent lors du point de presse de vendredi matin sur le redécoupage des districts électoraux à Rimouski.

©Photo : Facebook

Le maire Marc Parent lors du point de presse de vendredi matin sur le redécoupage des districts électoraux à Rimouski.

L’urgence santé associée à la présence de la COVID-19 faite en sorte que la Ville de Rimouski demande au ministère des Affaires municipales de repousser les échéanciers associés au processus de redécoupage des districts électoraux.

Conscient des répercussions associées à cette crise, le conseil municipal de Rimouski juge qu’il est inapproprié de procéder dans les délais requis compte tenu de la difficulté de consulter la population.

Lors d’un point de presse vendredi matin, le maire de Rimouski, Marc Parent a exposé les démarches entreprises au cours des derniers jours dans ce dossier. « Le 25 mars, lors d’une téléconférence avec des représentants du ministère des Affaires municipales, j’ai demandé le report des échéanciers associé à ce processus. Le 27 mars, je recevais confirmation de la part du ministère des Affaires municipal qu’un report n’était pas accepté pour le moment et que les villes avaient maintenant le loisir d’utiliser les pouvoirs associés à un nouveau décret qui découle spécifiquement de la COVID-19 et qui fait en sorte qu’un conseil municipal peut décider de surseoir à une consultation publique pour mener à terme un projet de modification réglementaire tel que ce processus de redécoupage. Il est clair que les membres du conseil municipal n’ont pas l’intention d’utiliser ce marteau pour pousser ce règlement », a dit le maire Parent.

La Ville de Rimouski demande à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation Andrée Laforest, de surseoir à l’échéancier de ce processus qui suscite des questionnements et des réticences chez les citoyens. « Les membres du conseil municipal sont d’avis qu’il est important de pouvoir communiquer la juste information aux citoyens de la Ville de Rimouski et conséquemment, nous n’utiliserons pas cette démarche qui viendrait limiter la démocratie fondamentale. D’ailleurs, dans les prochaines heures, les représentants de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent adopteront une résolution demandant le report des échéanciers. Une résolution semblable sera également adoptée lundi par Rimouski lors de l’assemblée du conseil municipal. »

Quant à la question de la disparition des entités légale ou la dénomination des quartiers actuels (Bic, Pointe-au-Père, Nazareth, Sacré-Cœur, etc.), le maire Parent rappelle qu’à partir du moment où les anciennes municipalités ont été dissoutes, l’appellation légale a elle aussi été dissoute à ce moment-là. « Dans la réalité, ces noms-là sont identitaires, ils vont continuer à être utilisés. Reste à déterminer de quelle façon on peut avoir une réglementation sur le redécoupage qui rencontre les obligations du ministère des Affaires municipales et qui est acceptable pour la majorité de la population. »

Commentaires

3 avril 2020

Did Bellavance

Je demeure à Sacré-coeur, près de la rue de la gare. Ce n'est que le nom du district qui va changer. Je ne partage pas l'opinion de certains résidents. BIC à une histoire et en faire parti c'est un honneur. BIC fait parti de Rimouski , je ne vois pas ce que ça change. Le rocher blanc n'est qu'à 1 minute de marche. Il faut être ouvert à la modernisation de notre ville. Je suis un bébé boomer mais ouvert au changement.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média