Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

05 mai 2020

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

En période de confinement sept astuces pour muscler sa santé mentale

SEMAINE DE LA SANTÉ MENTALE

Le Mouvement Santé mentale Québec, regroupe 13 organismes communautaires membres et il est appuyé par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

©Photo : Pixabay

Le Mouvement Santé mentale Québec, regroupe 13 organismes communautaires membres et il est appuyé par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Dans le cadre de la semaine de la santé mentale du 4 au 10 mai et après plusieurs semaines de lutte contre la pandémie, le Mouvement Santé mentale Québec — Bas-Saint-Laurent propose de faire une pause et de se demander « Comment je me sens aujourd’hui ».

Alors que l’impatience commence à s’installer chez plusieurs personnes, le Mouvement propose sept astuces pour muscler sa santé mentale.

Ressentir : on estime que 90 % de notre temps d’éveil est consacré à ressentir des émotions. Comprendre ses émotions permet d’être mieux informé sur nos besoins. Agir : limiter ses sorties, laver ses mains, mettre en place une routine, faire des vidéos, reprendre le dessus sur ses courriels ou ses lectures, faire une chasse aux arcs-en-ciel, etc. S’accepter : pourquoi ne pas reprendre la liste de vos forces et l’afficher dans votre bureau, sur le frigo ou dans votre salle de bain ? Elle pourrait être salvatrice dans un petit moment de déprime. Se ressourcer : aller marcher, fermer la porte de votre chambre pour avoir 10 minutes en solo, lire, faire des casse-têtes ou faire de la méditation. Découvrir : apprendre comment faire une vidéoconférence avec vos proches, fureter sur le Web pour en savoir davantage sur un sujet qui vous intéresse, apprendre une nouvelle langue, etc. Choisir : alors que la vie telle que nous la connaissons a changé radicalement, on sent parfois que nous avons perdu le contrôle sur notre quotidien. Pourtant, il est encore possible de faire des choix. Faites le point sur vos priorités. Créer des liens : se parler au téléphone, retrouver des amis sur Facebook, joindre un groupe en ligne qui partage un de nos intérêts, offrir notre soutien à une personne qui a besoin qu’on fasse ses courses.

« Prendre le temps d’écouter les émotions qui nous habitent, c’est suivre notre boussole intérieure afin de garder le cap vers la terre ferme », mentionne Nathalie Dumais, directrice de Santé mentale Québec — Bas-Saint-Laurent. « C’est aussi prendre le temps de cultiver des émotions positives et de prendre des pauses de ce qui nous stresse, nous fait peur, nous décourage et nous rend tristes. Nous sommes quotidiennement en contact avec des émotions, qu’il s’agisse de joie, de tristesse, de colère, de honte, de fierté, ou de peur. Les émotions peuvent nous stimuler, nous ralentir, nous fatiguer, nous angoisser ou encore nous faire perdre la tête. Le défi, c’est de considérer les émotions comme des alliées, d’apprendre à les décrypter afin de répondre adéquatement au besoin qui en découle », conseille-t-elle.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média