Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

30 juin 2020

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Du répit pour les proches aidants à Mont-Joli

SOUTIEN AUX PARENTS

Marie-Josée Torres-Doucet séjournera à la Jolie Maison.

©Photo Gracieuseté

Marie-Josée Torres-Doucet séjournera à la Jolie Maison au cours du mois de juillet.

Répit-Loisirs-Autonomie ouvre sa maison de répit à Mont-Joli. La Jolie Maison accueillera les personnes de l’est du Bas-Saint-Laurent ayant une déficience intellectuelle, physique ou un trouble du spectre de l’autisme pour de courts séjours.

Marie-Josée Torres-Doucet a 16 ans et elle a une déficience intellectuelle sévère. En juillet, elle séjournera une fin de semaine à la Jolie Maison pour que sa mère, Louise Doucet, puisse avoir un repos. « Ça va m’aider parce que je suis une mère monoparentale qui travaille à temps plein et qui s’occupe d’une enfant avec une déficience sévère. Elle a une certaine autonomie, mais j’étais très heureuse d’apprendre l’ouverture de la maison. Ça va me donner un peu de temps pour que je puisse souffler dans tout ça », affirme la mère de famille.

L’adolescente participait déjà aux activités de Répit-loisirs-Autonomie depuis cinq ans. « Ça lui permet de socialiser. Ça lui permet de s’épanouir parce qu’elle entre en relation avec d’autres personnes. Elle adore ça et c’est elle qui me demande d’y aller quand elle voit que son sac est sorti pour participer aux activités », mentionne Louise Doucet.

Une maison attendue à Mont-Joli

La pandémie force Répit-Loisirs-autonomie à restreindre le nombre de personnes hébergées en même temps à quatre. Lorsque les règles de distanciation physique seront allégées, la maison pourra passer à huit occupants. L’organisme prévoit accueillir jusqu’à 150 enfants, adolescents ou adultes pendant une année complète.

« Ça peut être une fin de semaine et pendant l’été nous offrons des périodes de six jours consécutifs. Nous allons offrir des activités, la nourriture, la personne va dormir là-bas. Ça va permettre aux proches aidants d’avoir du répit et de savoir que leur enfant sera en sécurité et aura du plaisir », explique la directrice de Répit-Loisirs-Autonomie, Camille Bédard-Vinet.

L’organisme offrait déjà du répit avec hébergement au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS). Comme il n’y avait plus de locaux sécuritaires pour la nuit, le conseil d’administration de Répit-Loisirs-Autonomie a mis de l’avant son projet d’une valeur de 560 000 $.

« On sera la première maison de répit au Bas-Saint-Laurent et nous en sommes bien fiers. Nous travaillons concrètement sur ce projet-là à temps plein depuis presque deux ans », ajoute madame Bédard-Vinet.

Par ailleurs, la présidente et fondatrice de Répit-Loisirs-Autonomie, Lisette Rioux, vient de recevoir le prix Bénévole d’exception de Centraide Bas-Saint-Laurent. « C’est une belle reconnaissance. Venant de Centraide, c’est encore plus particulier parce qu’ils nous ont aidés à bâtir l’organisme il y a 23 ans avec les congrégations religieuses. C’est un travail d’équipe avec les partenaires, les parents et les bénévoles », exprime Lisette Rioux.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média