Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

15 juillet 2020

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Un été occupé pour Les Grands Amis de Rimouski

PARRAINAGE

La directrice des Grands Amis de Rimouski, Manon Bernier, et un participant, Alexandre Asselin, sont prêts pour un été mouvementé.

©Photo L’Avantage Annie Levasseur

La directrice des Grands Amis de Rimouski, Manon Bernier, et un participant, Alexandre Asselin, sont prêts pour un été mouvementé.

Après quelques mois en confinement, les adolescents ont besoin de bouger. L’organisme Les Grands Amis de Rimouski veut remédier à la situation.

Cueillette de petits fruits, pêche, pique-niques, les adolescents des Grands Amis de Rimouski seront occupés dans les prochaines semaines. Exceptionnellement, l’organisme communautaire offre, cet été, une multitude d’activités pour faire bouger les jeunes de 10 à 17 en cette période postconfinement.

« Comme nos adolescents ne sont pas allés à l’école depuis le mois de mars, nous nous sommes dit qu’il fallait les faire bouger, leur redonner leur estime de soi et faire sortir leur stress. Il y en a qui ont du stress pour la rentrée. Certains vivent beaucoup d’isolement. On veut les faire entrer en relation avec les autres. Toutes les activités seront sur mesure pour le jeune. Nous allons nous adapter selon leurs besoins », affirme la directrice des Grands Amis de Rimouski, Manon Bernier.

Alexandre Asselin, lui, est très excité de participer à un camp équestre. Il y sera avec neuf autres jeunes. « Je suis un sportif et j’aime faire de nouveaux sports. Ça va me faire du bien de faire des activités et de bouger », dit-il.

L’adolescent de 15 ans entrera en 3e secondaire à l’école Paul-Hubert en septembre. Il est heureux de pouvoir socialiser avant de reprendre l’école après six mois d’absence. « Ça me stresse, mais ça va me faire du bien de voir d’autres personnes de mon âge avant de retourner à l’école. Je me suis ennuyé de faire des activités pendant le confinement », indique-t-il.

En temps normal, les jeunes qui participent au programme et leur grand ami font une activité ensemble par semaine. Pendant le confinement, ils ont pu continuer à garder le contact. « Ils s’écrivaient, se parlaient au téléphone ou sur les réseaux sociaux. Certains grands amis sont même allés poster du matériel pour leur jeune », explique Mme Bernier.

Besoin de bénévoles

L’organisme sans but lucratif encadre une quarantaine de jeunes de 5 à 17 ans, mais compte seulement une vingtaine de bénévoles prêts à se jumeler. De nouveaux grands amis sont donc recherchés.

« C’est un autre adulte significatif, un autre modèle qui lui montre d’autres valeurs. Plus tard, il pourra choisir selon les valeurs de sa famille et celles transmises par son grand ami. C’est aussi une personne de confiance autre que le parent qui peut l’écouter », mentionne Manon Bernier.

Pour Alexandre, ce service de parrainage est apprécié. « Ça me permet de prendre une petite pause de mes trois frères et de ma sœur. Ça me fait aussi découvrir de nouvelles choses. Avec ma grande amie, j’ai pu faire plus de sport et passer plus de temps dans la nature », dit-il.

Grâce à l’équipe des Grands Amis de Rimouski, Alexandre a entrepris des démarches pour devenir camelot. Il compte réaliser son projet dans les prochains mois.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média