Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

17 juillet 2020

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

À Rimouski le Dr Horacio Arruda encense le travail de la Santé publique BSL

BILAN DE PERFORMANCE

Dr Sylvain Leduc, Dr Horacio Arruda, Isabelle Malo.

©Photo : Charles Lepage - L'Avantage Rimouski

Le Dr Sylvain Leduc, directeur de la Santé publique au Bas-Saint-Laurent ; Dr Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique ; Isabelle Malo, présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent.

De passage à Rimouski vendredi, juste avant quelques jours de vacances, le Dr Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique a tenu à féliciter la performance de la direction régionale de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent et de toutes les équipes en santé du Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) qui ont contribué à maintenir un excellent bilan dans le contrôle de la pandémie de COVID-19 sur son territoire.

Dr Arruda rappelle qu’au départ, ces travailleurs et leurs familles ont dû s’adapter à beaucoup de choses dans un contexte d’épidémie où il y avait de nombreux inconnus et des surprises avec un contexte qui a évolué par la suite. « Ces équipes se sont adaptées rapidement à la situation et ont évité la flambée par leur travail intensif. Je voulais surtout les entendre et les remercier pour leur travail tant dans les enquêtes qui ont été menées, les investigations de cas, le dépistage, la formation donnée, etc. J’ai renouvelé mon mandat, car je peux compter sur des équipes très fortes au Québec. »

Dr Horacio Arruda

©Photo : Charles Lepage - L'Avantage Rimouski

Dr Horacio Arruda.

Dr Sylvain Leduc

©Photo Charles Lepage - L'Avantage Rimouski

Dr Sylvain Leduc.

Le directeur de la Santé publique au Bas-Saint-Laurent, le Dr Sylvain Leduc, a rappelé que notre région avec 63 cas répertoriés de COVID-19 depuis le début de la pandémie, possède le taux d’infection le plus faible par 100 000 habitants de toutes les régions au Québec et aucun cas dans les CHSLD du territoire. Le Dr Leduc attribue cette bonne performance à quatre facteurs en particulier.

« Le sentiment d’appartenance des résidents de la région est l’un des plus élevés au Québec, ils sont tissés serré. J’entends par là que les Bas-Laurentiens se préoccupent des autres. Ainsi, les messages de santé publique, d’hygiène et de distanciation sociale ont été distribués et bien reçus avec une collaboration à tous niveaux des différents intervenants. Le deuxième facteur est l’installation de barrages en temps opportun et qui ont limité les mouvements de population. Le troisième pilier de notre intervention est celui des équipes de santé publique qui sont intervenues sur chaque cas d’infection déclaré, de les tester, les isoler et d’identifier les contacts de façon qu’il n’y ait pas d’autres transmissions. Le quatrième point fait référence à la saison touristique que l’on appréhendait. Depuis le retour des touristes, nous n’avons pas assisté à un rehaussement de cas car les attentes des gens du BSL et celles des touristes sont les mêmes. Chacun souhaite un milieu et un comportement sécuritaire. Le port du masque dès samedi contribuera à maintenir notre bilan positif et les acquis qu’on ne veut pas perdre. »

« Je vais vous dire bien honnêtement, j’ai l’impression que le port du masque est là pour un bon bout de temps partout au Québec, une nouvelle norme sociale tant qu’on n’aura pas trouvé un vaccin. » -Dr Horacio Arruda

Le Dr Arruda a insisté sur le relâchement et l’importance de ne pas perdre nos acquis à la suite des nombreux sacrifices faits pendant le confinement. « C’est comme si on était en libération conditionnelle, comme des prisonniers qui peuvent retourner dans la communauté, mais à condition d’avoir une distance de deux mètres entre nous, de porter le couvre-visage obligatoire dès samedi, de pratiquer les mesures d’hygiène, de travailler dans des milieux qui vont respecter ces consignes-là et de ne pas faire de party de plus de 10 personnes à la maison, ce qui présente un très grand risque de transmission dans la communauté. Je n’ai pas le goût de confiner la population à nouveau comme on l’a fait. Il faut être déconfiné, mais dans une nouvelle normalité. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média