Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

06 août 2020

Annie Levasseur - alevasseur@lexismedia.ca

Deux millions de dollars pour protéger les berges à Sainte-Luce

ÉROSION CÔTIÈRE

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, était de passage à Sainte-Luce.

©Photo L'Avantage Annie Levasseur

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, était de passage à Sainte-Luce aujourd'hui.

Le gouvernement du Québec investit deux millions de dollars pour contrer l’érosion à la plage de l’Anse-aux-Coques de Sainte-Luce. Des travaux de protection permettront de protéger les berges.

C’est la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, qui en a fait l’annonce aujourd'hui lors de son passage à Sainte-Luce. La municipalité déboursera de son côté 500 000 $ pour la réalisation de ce projet.

« Les analyses ont démontré qu’il y a plusieurs infrastructures qui présentent une très grande vulnérabilité par rapport aux problématiques d’érosion et de submersion côtières. Des problématiques qui sont d’ailleurs accentuées par les changements climatiques. Pour remédier à cette fragilité, nous allons financer ces travaux de protection », affirme Geneviève Guilbault.

La solution privilégiée pour la protection est une recharge de la plage avec du granulat arrondi. « Cette recharge de plage fait en sorte qu’il y aura moins d’obstruction de la vue. Le principal enjeu est la sécurité de nos citoyens, mais si en plus nous pouvons préserver le paysage et la beauté du site, c’est un bonus dont on ne se privera pas. C’est pour cette raison que nous avons privilégié cette solution », ajoute Mme Guilbault.

La mairesse de Sainte-Luce, Maïté Blanchette Vézina, prévoit que les travaux seront effectués à l’automne 2021. L’annonce du gouvernement est, selon elle, un bon coup de pouce pour la municipalité. « Les prévisions de submersion et d’érosion côtières dans les prochaines années sont plus alarmantes qu’elles l’ont déjà été. Il est important de mettre en place des programmes de prévention comme le fait le ministère pour permettre à une petite communauté comme la nôtre de passer à travers ces défis. C’est une excellente nouvelle. »

D’autres fonds pour deux projets à l’UQAR

La vice-première ministre a également annoncé un investissement de 1,8 million de dollars pour financer deux projets de recherche à l’Université du Québec à Rimouski. Ils permettront de cartographier les zones exposées à la submersion côtières et de développer un système de prédiction des niveaux d’eau.

« Ces problématiques côtières sont complexes. Pour pouvoir trouver des solutions à ces problèmes, il faut bien les connaitre. Il faut donc l’apport des scientifiques qui sont en mesure d’analyser et de fournir des pistes de solution », explique Geneviève Guilbault.

Environ 5,5 millions de dollars avaient déjà été annoncés à Sainte-Luce par le gouvernement provincial, l’an dernier, pour soutenir des propriétaires de résidences principales ciblées comme étant à risque au problème d’érosion.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média