Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

18 août 2020

L’évêque, le maire et le député provincial étaient absents

LETTRE OUVERTE

La cathédrale de Rimouski

©Photo : archives L’Avantage

La cathédrale Saint-Germain de Rimouski.

PAR GILLES LE CHASSEUR - Mercredi 12 août, dans la cathédrale Saint-Germain de Rimouski, c’est avec une grande clarté dans un langage compréhensible, avec l’autorité de la connaissance et de la compétence, que l’expert Marcel Leblanc, ingénieur, nous a livré les conclusions de son évaluation de l’état de santé de la cathédrale de Rimouski. La vieille dame de plus de 150 ans conserve une très bonne forme et sa longévité accompagnera les générations à venir.

L’église qui n’aurait pas dû être fermée pourra rapidement être rouverte moyennant certains travaux à coût raisonnable suivis d’autres travaux nécessaires, et qui étaient prévisibles, ne dépassant pas au total 2,3 millions de dollars.

Il est à souhaiter que la Fabrique Saint-Germain passe rapidement à l’action pour réunir les ressources matérielles et financières afin d’en redonner l’accès aux fidèles, à ceux qui aiment se retrouver dans un lieu propice à la méditation, aux adeptes du patrimoine, aux mordus de culture, aux amateurs d’activités communautaires, aux gens de passage, bref, à ceux qui veulent se retrouver dans un espace de ressourcement spirituel, culturel et communautaire.

Il aurait été très souhaitable que l’évêque soit présent à cette rencontre dont l’objet était sa cathédrale. Seule une raison très personnelle pouvait autoriser son absence. Son statut dans la hiérarchie imposait sa présence. On comprend mal qu’il n’ait pas délégué le vicaire général pour le remplacer dans la logique ecclésiale.

Le maire également était absent. On comprend mal. Comment la Ville de Rimouski pouvait-elle briller par son absence alors que la cathédrale est à la fois sa bâtisse patrimoniale la plus éloquente et sa signature tout comme la cathédrale Notre-Dame l’est pour Paris? Le député Harold LeBel n’y était pas non plus. Heureusement, Maxime Blanchette-Joncas sauva l’honneur de la députation rimouskoise.

Ne pouvant pas être contre la vertu, il faut remercier grandement le travail acharné des marguillers de la Fabrique Saint-Germain ainsi que le dévouement, la persévérance et la grande générosité du Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale qui ont permis la réouverture  momentanée de la cathédrale et nous offrir, par surcroit comme hors d’œuvre, la sonorité des grandes orques sous les doigts de l’excellente titulaire, Josée April, et de son très doué élève Noah Dumais, âgé de 10 ans.

J’espère ardemment que les Rimouskois et les diocésains encourageront généreusement la Fabrique et le Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale par des contributions financières, déductibles d’impôt. La confiance qu’ils inspirent nous assure d’une gérance transparente et honnête.

Force est de rappeler à l’évêché de contribuer substantiellement avec l’argent que les générations lui ont confié. Une occasion rêvée de remettre en circulation le million de dollars excédentaire de la réfection de l’évêché. On attend également des contributions importantes des divers paliers de gouvernement.

Ensemble, sauvons notre patrimoine qui témoigne et témoignera du labeur des ancêtres et de leur merveilleux esprit communautaire.

Gilles Le Chasseur
Rimouski

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média