Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

11 septembre 2020

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

« Le manque de places en services de garde nuit à l’attractivité de la région » - Harold LeBel

CASSE-TÊTE POUR LES PARENTS

Service de garde.

©Photo : Unsplash.com

Le député Harold LeBel rappelle que les familles de Rimouski, comme celles de tout le Québec, doivent pouvoir bénéficier de services de garde éducatifs adéquats et de qualité.

Le député de Rimouski, Harold LeBel, s’insurge contre l’inaction gouvernementale visant à combler le manque de places en services de garde éducatifs, en milieu familial et en installation (CPE).

M. LeBel sonne l’alarme et rappelle que cette situation est un véritable casse-tête pour les parents et qu’elle nuit grandement à l’attractivité de la région. D’autant plus que les délais pour la réalisation de nouvelles places sont tout à fait inadmissibles selon lui.

« Je peux en témoigner : il ne se passe pas une journée sans que mon équipe ou moi recevions l’appel d’un parent à bout de ressources et de solutions. Sans place en service de garde, impossible pour lui ou elle d’aller travailler! En conséquence, ces pères et ces mères voient leur niveau de stress grimper, sans parler des impacts négatifs et indéniables qu’a cette situation sur notre économie en général, entre autres sur la disponibilité de la main-d’œuvre », signale le député de Rimouski.

Devant ce fait, Harold LeBel a pris l’initiative d’organiser une rencontre entre les intervenants des services de garde et le cabinet du ministre de la Famille, le 10 août. « Les objectifs étaient de remettre la lumière sur la problématique du manque de places en services de garde dans la région, et convenir avec le cabinet des démarches à entreprendre pour corriger la situation le plus rapidement possible », a-t-il précisé.

« Il faut régler une fois pour toutes le problème du manque de places en garderie » - Harold LeBel

Selon les représentants du ministre, à court terme, 300 places seront disponibles en milieu familial, mais encore faut-il qu’il y ait suffisamment d’éducatrices pour assurer le service. « Nous nous sommes entendus sur le fait que nous devons travailler ensemble pour atteindre cet objectif, notamment par le biais de campagnes de promotion. Toutefois, je tiens à rappeler au gouvernement qu’une autre bonne façon d’attirer ces travailleuses, c’est d’améliorer leurs conditions de travail », a fait valoir M. LeBel.

Le député de Rimouski estime qu’il faut néanmoins continuer à mettre l’accent sur la création de places en CPE, dans des délais raisonnables. « On nous a confirmé que le ministère de la Famille ira bientôt de l’avant avec des appels de projets, mais sans préciser le nombre de places dont pourra bénéficier notre territoire. Or, en ce moment même, Rimouski-Neigette a besoin de 500 à 700 places supplémentaires pour les 0 à 5 ans. Que le ministère se le tienne pour dit : les intervenants du milieu et moi allons nous assurer que son estimation est conforme à la réalité sur le terrain », a-t-il insisté.

Moyen de pression

En ce vendredi 11 septembre, partout dans la région de Rimouski et de la Vallée de la Matapédia, les responsables de service de garde (RSG) en milieu familial, membres de la CSN, limitent la période d’ouverture de leur service à sept heures consécutives, conformément à la rémunération qui leur est offerte par le gouvernement. Chacune des RSG est libre de commencer sa journée de travail plus tard que d’habitude ou de la terminer plus tôt.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média