Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

15 septembre 2020

Charles Lepage - clepage@lexismedia.ca

COVID-19 : la région du Bas-Saint-Laurent passe au mode préalerte (jaune)

VIGILANCE

Dr Sylvain Leduc

©Photo Charles Lepage - L'Avantage Rimouski

Dr Sylvain Leduc, directeur régional de la santé publique au Bas-Saint-Laurent.

En une semaine seulement, la région du Bas-Saint-Laurent a vu le nombre de cas de COVID-19 exploser passant de 79 cas, le 8 septembre, à 199 cas le 15 septembre. Le palier d’alerte régionale est rehaussé au niveau préalerte (jaune) plutôt qu’au stade vigilance (vert).

En ce moment, 120 cas sont toujours actifs. Advenant que la situation continue de se détériorer dans les prochains jours, la situation pourrait être réévaluée dès cette semaine, prévient le Dr Sylvain Leduc, directeur régional de la santé publique au Bas-Saint-Laurent.

La santé publique note un important relâchement des mesures sanitaires dans la région, principalement en lien avec des rassemblements privés. « Je ne le répéterai jamais trop, le virus circule, il poursuit sa progression, plus particulièrement auprès des jeunes du territoire, et il est extrêmement contagieux. C’est une course contre la montre et il est temps de se ressaisir collectivement », soutient Dr Leduc.

Jeudi dernier, voyant la situation se dégrader, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent a mis en place des mesures additionnelles au sein de ses propres installations et de celles de ses partenaires, soit une surveillance accrue des symptômes des visiteurs, employés et résidents, une mise en alerte des équipes de prévention et de contrôle des infections et des appels à la vigilance auprès des ressources d’hébergement du territoire.

« Dès que nous avons constaté que la situation se dégradait dans l’ouest du territoire, nous avons agi pour prémunir nos milieux de soins et les milieux d’hébergement des usagers vulnérables afin d’éviter que le virus y fasse son chemin », rassure le Dr Leduc.

« C’est une course contre la montre et il est temps de se ressaisir collectivement. » - Dr Sylvain Leduc

D’autres actions ont été posées comme des appels à la vigilance adressés aux personnes qui ont participé à certains partys ou événements, à ceux qui ont fréquenté certains commerces et bars et un appel au dépistage.

« Le 8 septembre, on effectuait de 200 à 250 tests par jour. Aujourd’hui, cette proportion atteint 1 600 tests par jour. Nous avons adapté notre offre à la situation et l’ensemble de nos ressources de santé publique a été mobilisé aux fins d’enquêtes sans oublier notre collaboration avec de nombreuses maisons d’enseignement et nos partenaires municipaux. »

Lors d’un point de presse ce mardi, le Dr Leduc a demandé à la population de rehausser sa vigilance et d’éviter les rassemblements avec trop de monde.

« Je demande également la collaboration de toutes les personnes qui ont un diagnostic positif et celles qui sont identifiées comme étant des contacts proches à qui on demande de passer un test, de rester en isolement le temps de recevoir leurs résultats. On interpelle aussi la Sûreté du Québec pour augmenter significativement les inspections. Le dépistage de tant de gens nous oblige à mobiliser des employés qui ne peuvent pas travailler dans d’autres cliniques au même moment, ce qui nous force à ralentir d’autres services de santé parce qu’on réaffecte toutes nos ressources ailleurs. C’est une des nombreuses conséquences néfastes de la transmission de ce virus-là quand on ne fait pas attention. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média