Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économie

Retour

29 septembre 2020

Communiqué L'Avantage - redactionrimouski@lexismedia.ca

Les Producteurs de lait demandent au gouvernement de passer de la parole aux actes

INDEMNISATION

vaches

©gracieuseté - L'Avantage Rimouski

À l’échelle régionale, les pertes de revenus annuels en raison d'accords commerciaux se chiffreraient à près de 21 millions de dollars.

Le président des Producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, exige du gouvernement canadien qu’il passe de la parole aux actes en compensant les producteurs pour les pertes de marchés et de revenus qu’ils subiront en raison de différents accords commerciaux.

M. Belzile a fait le point lors d'une conférence de presse, aujourd'hui, aux côtés du député fédéral de Rimouski-Neigette - Témiscouata - Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas.

Selon le président des Producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, les concessions faites dans le cadre de ces accords priveront à perpétuité les producteurs de lait canadiens d’un marché équivalant à 8,4 % de leur production actuelle.

Il affirme qu'à l’échelle canadienne, les producteurs perdront environ 450 millions de dollars de revenus annuels de ventes de lait, tandis qu’à l’échelle régionale, les pertes de revenus annuels en raison des trois accords atteindront près de 21 millions de dollars.

Maxime Blanchette-Joncas et Gabriel Belzile.

©Photo Gracieuseté

Maxime Blanchette-Joncas et Gabriel Belzile.

« La semaine dernière, dans le discours du Trône, le gouvernement s’est engagé à indemniser les producteurs pour les pertes qu’ils ont subies en raison de l’Accord économique commercial global et du Partenariat transpacifique global et progressiste. Il s’agit somme toute du même engagement que l’an dernier. Nous perdrons chaque année des millions de dollars parce que notre gouvernement a décidé de livrer sur un plateau d’argent une part importante de notre marché intérieur à nos compétiteurs », soutient Gabriel Belzile.

« C’est pourquoi nous disons que les mots ne suffisent plus. Ce qu’il nous faut, c’est une annonce qui précisera les modalités du versement des indemnités qui nous sont promises depuis trop longtemps déjà. Cette annonce devra aussi prévoir des indemnités pour les pertes qu’entraînera l’Accord Canada-États-Unis-Mexique qui est entré en vigueur le 1er juillet dernier. Les producteurs laitiers n’ont pas à faire les frais de cet accord qui servait à satisfaire la base électorale du président américain », ajoute-t-il.

« Nos producteurs laitiers ont encaissé quatre étés extrêmement secs de suite. Le prix du fourrage a bondi en conséquence. Ils n’ont vraiment pas besoin de devoir quémander ce qui leur est dû. Ottawa doit cesser de reporter les indemnités promises à nos producteurs. Ce secteur d’activité représente un pilier majeur pour l’économie bas-laurentienne et il n’est pas question de le laisser s’affaiblir en raison du laxisme du gouvernement fédéral », insiste le député Maxime Blanchette-Joncas.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média