Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

07 octobre 2020

Serge Dionne - sdionne@lexismedia.ca

COVID-19 : des travailleurs de la santé qui combattent jour et nuit

TÉMOIGNAGE

CHSLD Rimouski

©Alexandre D'Astous - L'Avantage Rimouski

Macha travaille au CHSLD de Rimouski depuis quelques années.

Depuis le mois de mars, la vie professionnelle et personnelle de *Macha, une infirmière auxiliaire au CHSLD de Rimouski, a complètement été chamboulée. La lutte à la COVID-19 est sans relâche. Macha et ses collègues ne peuvent baisser la garde, car on veut éviter à tout prix l’horreur survenue dans plusieurs autres CHSLD du Québec. Portrait d’une femme qui se soucie du bien commun.

Macha est le nom fictif donné à cette mère de famille qui préfère garder l’anonymat afin de protéger ses enfants et ses collègues de possibles répercussions. On peut toutefois vous mentionner que l’infirmière auxiliaire travaille au CHSLD de Rimouski depuis quelques années.

Alors que certains revendiquent le droit à la « liberté », nient l’existence de la pandémie ou font de la désobéissance civile en refusant de porter le masque, les travailleurs de la santé comme Macha suivent des règles très strictes et s’imposent des limites dans leur vie personnelle. Tout ça pour qui, pourquoi? La communauté et le bien-être des résidents.

La routine de Macha a bien changé depuis le mois de mars. Le début de chaque quart de travail prend de 10 à 15 minutes supplémentaires. Elle doit d’abord se présenter au foyer de soins avec des vêtements propres qui n’ont pas été utilisés ailleurs. Elle et ses collègues attendent dans une file à l’extérieur tout en gardant une distance de deux mètres.

Après avoir répondu à quelques questions avant d’entrer, on lui remet un masque à l’aide d’une pince. Ensuite, elle va se changer aux casiers en bas et est prête à commencer sa journée. Elle doit porter le masque en tout temps, pendant ses pauses et sur l’heure du dîner. Elle peut le retirer uniquement pour boire ou manger. Hygiène des mains avant de l’enlever et après. Elle le dépose ensuite dans un sac à son nom.

Lorsqu’elle revient à la maison, hygiène des mains une fois de plus et elle saute immédiatement dans la douche. « On n’a plus de peau sur les mains, c’est rugueux et ça saigne », dit-elle. À l’extérieur du travail, elle limite ses contacts. Elle ne va plus dans les restaurants ni au cinéma. Elle tente aussi de voir le moins possible ses parents. Chaque mois, elle passe un test de dépistage sur une base volontaire.

« Personnellement, je ne veux pas être celle qui va rentrer le virus dans le foyer. Ça en prend juste un pour donner le virus à 10. On ne peut jamais relâcher la garde sinon c’est là que ça peut être fatal. On a le bien-être de nos résidents à cœur. »

Macha demande maintenant l’aide de la population. « Nous on fait tout ce qui est en notre pouvoir, on applique toutes les consignes et tous les travailleurs les respectent. Là, il me semble que c’est au tour des autres de faire leur part pour nous aider un petit peu », clame-t-elle.

« À Rimouski, on n’a pas encore le nez dedans. On n’a pas encore de cas en CHSLD. C’est ça que le monde doit comprendre. Ça va bien, mais justement il faut que ça continue de bien aller. Si le personnel tombe malade, qui va nous remplacer? Qui va s’en occuper (des résidents)? Les gens qui ne portaient pas de masque à la manifestation? »

Elle termine en disant que la crise est très bien gérée au CHSLD de Rimouski. Le moral des résidents et de ses collègues est bon et l’ajout de nouvelles préposées aux bénéficiaires fait le plus grand bien.

« On trouve ça fâchant de faire autant d’efforts et de voir ensuite qu’il y a des manifestations. Nous, on fait le maximum de ce qu’on peut et là c’est au tour de la population de nous aider. Il faut faire attention aux autres. Si tu me le donnes et je rentre ça au foyer ou si tu le donnes à quelqu’un qui est plus fragilisé, il est là le risque. Il faut que tu penses à l’autre. »

Commentaires

7 octobre 2020

Roger Demeule

Quel beau message de la part d’une employée de chez-nous. Cela me fait prendre conscience que ce sont vraiment nos anges gardiens ces personnes là.

7 octobre 2020

Pierre-Carl Nadeau

Bravo pour votre altruisme! Vous êtes les anges gardiens de ceux qui ont travaillé pour qu'on puisse vivre dans notre petit cocon douillet. Un cri du coeur aux égoïstes qui protestent contre de si petits sacrifices (port du masque, distanciation...). On doit bien cela à nos ainés et aussi aux autres personnes vulnérables.

7 octobre 2020

Nancy Levesque

Bravo pour ce commentaire qui démontre effectivement notre nouvelle réalité. Je travaille au CHSLD et je peux dire que notre dirigeante, le personnel toute catégorie confondue sont tous soucieux du bien être de nos résidents et rigoureux avec les mesures . C'est un milieu fragile , c'est un gros CHSLD , ce serait désastreux que ce virus entre à cet établissemnt tant pour les patients que pour les employés donc s.v.p restez vigilant et compliant

7 octobre 2020

Denis Sirois

Un gros merci a vous tous pour votre dévouement :)

7 octobre 2020

Sherley Harding

Pour me rendre sur place deux à trois fois par semaine avant que sa sois confiner je peux témoigner que le personnel du 4 ou ma mère se trouve font attention suive les recommandations et que les résidents sont très importants pour eux merci la gangs pour votre dévouement. D'une PAB

8 octobre 2020

Luce Roy

Merci pour tout et je suis entièrement d,accord avec votre message , tenez bon !

8 octobre 2020

Roger

Merci et bravo pour ce témoignage. C’est abominable que ceux qui revendiquent le droit à la « liberté », nient l’existence de la pandémie ou font de la désobéissance civile en refusant de porter le masque s'en foutent éperdument. Sur quelle planète croient-ils vivre? Ils sont un vecteur de la propagation, n’y croient-ils pas. Ils peuvent toujours s’isoler sur une île isolée des autres humains et vivre avec les conséquences des maladies. J’imagine que le terrible exemple au sud du Canada en la personne du président et de ses nombreux supporteurs les réconforte dans leurs croyances. Faut-il que les dirigeants et ceux qui les suivent soient en contact avec le virus et en soient très très très malades pour admettre que le virus n’est pas un complot? Malheureusement, ils contamineraient les autres et la propagation serait désastreuse. Qui a sauvé l’humanité des ravages des infections? La médecine et les découvertes scientifiques. Merci et bravo à tous ceux qui respectent les règles sanitaires afin que nous revenions à une vie normale.

8 octobre 2020

Noella Henry

Merci! Pour ce témoignage! et Merci à tous pour votre professionnalisme!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média